Action des agriculteurs à Toulouse, mobilisés pour une "juste rémunération" de la grande distribution

A l’appel de la FDSEA 31, les agriculteurs manifestent ce mercredi 3 février à proximité du Leclerc de Roques-sur-Garone. Ils demandent "une juste rémunération" de la part de la grande distribution. Pas de blocage pour le moment, le mouvement pourrait se durcir, avertissent les agriculteurs.

A l'appel de la FDSEA 31, les agriculteurs manifestent ce mercredi 3 février, à proximité du centre commercial Leclerc Roques-sur-Garonne à Toulouse
A l'appel de la FDSEA 31, les agriculteurs manifestent ce mercredi 3 février, à proximité du centre commercial Leclerc Roques-sur-Garonne à Toulouse © Jude Raclet/FTV

La grogne monte chez les agriculteurs. Mis sous pression, ils dénoncent par la voix de la FDSEA31' (Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles) "une guerre des prix", menée par la grande distribution. Ce mercredi 3 février, des agriculteurs sont rassemblés à proximité du Leclerc de Roques-sur-Garonne à Toulouse, pour réclamer "une juste rémunération". Ils ont distribués des tracts ce matin aux automobilstes pour expliquer la situation. "La grande distribution prend en otage les producteurs et les consommateurs", explique en colère Jean-François Lamasse, président de la FDSEA 31.

Guerre des prix : "les agriculteurs sous pression"

"Les demandes de déflation de la part de la grande distribution sont indécentes alors que les distributeurs ont réalisé des résultats exceptionnels au regard de l’année écoulée : leur chiffre d’affaires a augmenté de 1,8%, quand l’ensemble des autres secteurs ou presque a vécu une année noire", explique Jean-François Lamasse, président de la FDSEA 31 dans un communiqué de presse.

Selon la FDSEA 31, le relèvement du seuil de revente à perte a permis aux distributeurs de dégager plus de 600 millions d’euros, une somme dont auraient dû bénéficier les fermes agricoles."Au contraire, les prix payés aux producteurs ont été méthodiquement rognés. Les acteurs de l’aval se renvoient mutuellement la responsabilité des prix bas".

Les agriculteurs disent être les premiers touchés par "la recherche éhontée du profit dans l’aval des filières", et font face à des situations critiques.

Même lorsque tous les indicateurs sont au vert (exportations, production, consommation), les agriculteurs sont rémunérés à des prix dérisoires, largement en dessous des coûts de production. Nous sommes entrés dans une spirale déflationniste qui met à bas la dynamique engagée ces dernières années.

Jean-François Lamasse, président FDSEA31

Enfin, pour les agriculteurs la loi Egalis de 2018, censée rendre le prix d’achat des produits agricoles pour contrer ces injustices, "n’est pas appliquée correctement".

Une délégation a été reçu par le directeur du centre commercial Leclerc Roques-sur-Garonne. Mais pour les agriculteurs le compte n'y est pas " ils nous demandent de baisser nos prix de 3 à 8% sur certains produits alors qu'ils augmentent en même temps les prix à la vente de 10%, ce n'est pas possible", explique le président de la FDSEA31. Les agriculteurs ont prévu de se rendre en fin de matinée devant le Carrefour de Portet-sur Garonne et le mouvement pourrait se durcir si rien n'est fait, "la prochaine fois on va sévir", affirme Jean-François Lamasse.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social agriculteurs en colère agriculture crise économique