Toulouse : l'agglomération se prépare à l'arrivée précoce du moustique tigre

Avec cet hiver très doux, les moustiques sont déjà de retour. Et l'ombre du moustique tigre plane alors que nous ne sommes qu'en février. L'agglomération se prépare à son arrivée. Démoustication, installation de pièges, nids de chauve-souris, tout est bon !
Le moustique tigre est noir avec des rayures blanches
Le moustique tigre est noir avec des rayures blanches © Josselin CLAIR/MaxPPP
Plus les hivers passent et plus l'arrivée des moustiques est précoce dans l'année. Nous ne sommes qu'en février et déjà, des specimens ont été aperçus dans l'agglomération toulousaine. Visiblement, il s'agirait pour l'instant de moustiques communs. Car les nuits sont encores trop froides pour que le moustique tigre fasse son apparition. Aedes albopictus est surnommé "moustique tigre" en raison de zébrures qui parcourent son corps effilé.

Cependant, d’autres espèces de moustiques sont plus ou moins zébrées également et peuvent être confondues avec le moustique tigre. En période hivernale, il n’y a plus de risque de piqûres puisque le moustique entre en période de repos.

Un temps propice 

Mais ça ne vous a pas échappé, cet hiver est très doux. Le plus chaud depuis le début des relevés météo. Les prévisionnistes de Météo France ont enregistré 2 degrés de plus en moyenne pour le mois de janvier 2020 en Occitanie. Le réchauffement climatique a donc un effet évident sur l'apparition des moustiques qui retrouvent les conditions idéales pour se (re)mettre en activité.

Tous responsables

Selon l'Agence Régionale de Santé, aucune mesure de protection n'est efficace à 100%, c'est la somme de mesures individuelles et collectives qui permet de faire diminuer la transmission. Chacun peut contribuer à réduire l'apparition des moustiques avec des réflexes simples comme éliminer les endroits où l’eau peut stagner, à l’intérieur comme à l’extérieur : coupelles des pots de fleurs, pneus usagés, encombrants, vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées des gouttières, penser aussi à entretenir les sépultures dans les cimetières, lieux propices au développement des moustiques ou encore couvrir les réservoirs d’eau : bidons d’eau, citernes, bassins avec un voile ou un simple tissu ainsi que les piscines hors d’usage.

La mairie de Toulouse démoustique

La Mairie déploie depuis 2018 ses actions de prévention contre les moustiques. Les espaces publics (parcs, jardins, terrains de sports, cimetières, etc.) sont inspectés pour éviter l’apparition de gîtes larvaires.

Dès février, les foyers potentiels de larves de moustiques sont recherchés sur les propriétés publiques. Des moustiquaires, des climatiseurs et des nichoirs à chauve-souris sont installés dans certains équipements comme les crèches.

En 2019, 101 sites toulousains ont fait l’objet d’une surveillance et de traitements préventifs ou curatifs par les agents municipaux du service "animal dans la ville". D'autres villes de la région sont aussi très actives pour lutter contre le moustique tigre.  





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
moustique tigre santé société