Toulouse : la CGT Cheminots invite le public à postuler à la SNCF

Le syndicat des cheminots de Haute-Garonne va lancer vendredi une opération "recrutement" auprès du public devant la gare de Matabiau. Plusieurs postes sont à pourvoir à la SNCF en Occitanie, et les syndicalistes ne veulent pas que ces postes soient supprimés par manque de candidats.

Opération recrutement vendredi matin devant la gare Matabiau à Toulouse, organisée par la CGT-cheminots
Opération recrutement vendredi matin devant la gare Matabiau à Toulouse, organisée par la CGT-cheminots © Emmanuel Wat / FTV

Ils l'avaient déjà fait en 2019, ils remettent le couvert deux ans plus tard. Ce vendredi 8 janvier au matin, les adhérents de la CGT Cheminots de Haute-Garonne vont installer un stand devant la gare Matabiau. L'idée : inviter les demandeurs d'emploi à s'intéresser aux métiers du rail qui peinent à trouver des candidats.

Une trentaine de postes à pourvoir

Sous des tentes barnums, les syndicalistes vont proposer des stands avec ordinateurs et connexion internet, "pour permettre à celles et ceux qui le souhaitent de se renseigner sur les emplois disponibles dans la région, et peaufiner leurs CV sur nos conseils, détaille Boris Beaudoin, de la CGT. Des camarades de la CGT Pôle Emploi seront également présents."

Au total, la SNCF propose 26 emplois en Occitanie. "On recherche des aiguilleurs, mais aussi des métiers moins connus comme électricien, maçon..." rajoute le syndicaliste. 

Mais alors, pourquoi la CGT communique-t-elle sur ces emplois et pas la SCNF directement ? "Nous voulons mettre la SNCF devant ses repsonsabilités, explique Boris Beaudoin. La direction joue double jeu : elle menace de supprimer les postes vacants par manque de candidats, et en parallèlle ne communique pas plus que ça pour encourager le recrutement."

Enfin, cette opération permet de "montrer une autre facette de la CGT, au-delà du traditionnel esprit contestataire." Les syndicalistes veulent accompagner les demandeurs d'emploi vers l'insertion professionnelle. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie sncf transports