Toulouse : Edith Scaravatti, condamnée pour avoir tué son mari, sera rejugée en appel

Edith Scaravetti et Laurent Baca / © Mathilde Tournier Maxppp
Edith Scaravetti et Laurent Baca / © Mathilde Tournier Maxppp

Le parquet n'a pas accepté la peine de 3 ans de prison décidée par les assises de la Haute-Garonne à l'encontre d'Edith Scaravatti, accusée d'avoir tué son mari et de l'avoir caché sous un linceul de béton. Le parquet a fait appel.

Par Michel Pech

Des jurés qui avaient intégré les souffrances de l'accusée
A la sortie de la Cour d'Assises qui venait de condamner Edith Scaravatti à trois ans de prison, l'émotion était très vive chez les proches de Laurent Baca. Sa famille considérait que la peine était trop légère alors que le procureur avait requis 20 de prison. 
Côté des défenseurs de la jeune femme, ce qui était mis en avant, c'étaient les agressions incessantes dont elle avait été victime de la part de son mari. 
Les jurés avait penché pour cet éclairage du drame et avaient condamné légèrement malgré le fait que l'accusée n'avait pas rendue publique la mort de l'homme et avait même enseveli le corps sous une couche de béton. 
Le parquet a donc fait appel, Edith Scaravatti sera rejugée.

Rappel des faits
Au mois de novembre 2014, la jeune femme avait, selon le procureur, "reconnu que lors d'une dispute, elle avait pris l'arme dont elle était menacée et avait tiré".
Le corps de Laurent Baca avait été découvert caché sous un coffrage cimenté entre deux poutres au sol des combles de la maison du couple.
L'autopsie avait  confirmé "la présence d'un projectile dans le crâne de la victime".
Les policiers toulousains enquêtaient sur la disparition inquiétante de Laurent Baca, déclarée au début du mois d'août par sa compagne.
Edith  Scaravetti avait  rapidement reconnu être responsable de la mort de son compagnon dont elle affirme qu'il la battait, alors qu'il était ivre et sous l'emprise de la drogue, et avoir dissimulé son corps dans le grenier..
L'enquête a établi que les disputes étaient fréquentes au sein du couple.

A lire aussi

Sur le même sujet

Sète (34) : les Assises de la mer et la visite du ministre de l'Agriculture

Les + Lus