• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : histoires de la “BA 101”, la base aérienne de Francazal

La base aérienne de Francazal à Toulouse a été créée en 1934. / © Airborne concept
La base aérienne de Francazal à Toulouse a été créée en 1934. / © Airborne concept

Le feuilleton de la rédaction de France 3 Midi-Pyrénées est cette semaine consacré à la BA 101, la fameuse base aérienne de Francazal à Toulouse. Dissoute par l'armée de l'air en 2010 après 75 ans d'existence, cette base a depuis été reprise partiellement par un groupe canadien.

Par Marie Martin

La base aérienne de Francazal, créée en 1934, a été la toute première base aérienne de l'armée française.
Jusqu'à 2 500 y ont vécu, à quelques kilomètres du centre de Toulouse : une ville dans la ville, avec ses quartiers, sa chapelle, son bureau de poste...

La BA 101 a été fermée en 2010, après 75 années d'existence. Reprise partiellement par le groupe canadien SNC Lavalin pour la partie aéroportuaire, une partie de la base est gérée par l'Etat qui cherche à y implanter des entreprises.

Episode 1 : Histoire de la BA 101


Feuilleton : histoires de la BA 101
Le feuilleton de la rédaction de France 3 Midi-Pyrénées porte cette semaine sur la base aérienne de Francazal, à Toulouse. Episode 1 : histoire de la première base aérienne de l'armée française.  - Christophe Neidhart et Eric Foissac

Episode 2 : l'aédrome de Francazal


Feuilleton : histoires de la BA 101
Episode 2 : l'aérodrome de Francazal, son histoire et son fonctionnement. - Christophe Neidhart et Eric Foissac

Episode 3 : le pôle aéronautique de Francazal


Feuilleton : histoires de la BA 101
Episode 3 : depuis sa fermeture en 2010, la BA 101 s'est transformée en pôle d'activité aéronautique. Une quarantaine d'entreprises qui compte plus de 200 emplois.  - Christophe Neidhart et Eric Foissac

Episode 4 : ces 38 hectares de la base qui cherchent toujours preneurs


Feuilleton : histoires de la BA 101
Episode 4 : zoom sur la zone Sud de la base aérienne, 38 hectares de batiments et terrains militaires, gérés par l'Etat. Qui attendent aujourd'hui un projet de reconversion.  - Christophe Neidhart et Eric Foissac


 


Sur le même sujet

le MHB enfin victorieux en ligue des champions

Les + Lus