Toulouse : le ministre de l'Economie Bruno Le Maire déclare "L'État français a sauvé Airbus et la filière aéronautique"

Bruno Le Maire était en visite ce vendredi sur le site d'Airbus à Saint-Martin-du-Touch, près de Toulouse. Il est venu s'assurer de l'utilisation des 15 milliards d'euros pour la filière aéronautique injectés par l'État via le plan de relance économique. Il a déclaré : "Nous avons sauvé Airbus".
Toulouse - Bruno Le Maire accueilli par Guillaume Faury, le PDG d'Airbus ce matin 16 juillet 2021.
Toulouse - Bruno Le Maire accueilli par Guillaume Faury, le PDG d'Airbus ce matin 16 juillet 2021. © Stéphanie Bousquet / FTV

Vers 9h30 ce vendredi matin, le ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance Bruno Le Maire est arrivé sur le site d'Airbus à Saint-Martin-du-Touch, près de Toulouse. Pour la deuxième fois cette année, il s'est rendu avec le PDG Guillaume Faury sur le site d’assemblage de l’A350. 

Que sont devenus les 15 milliards injectés dans la filière aéronautique ?

Il y a un an (juin 2020), l'Etat français annonçait un plan de relance de 15 milliards pour soutenir la filière aéronautique secouée par la pandémie de Covid.
Ce matin, Bruno Le Maire est venu s'assurer que l'argent débloqué était utilisé à bon escient. "Je dirais que la filière aéronautique a traversé la crise la plus grave depuis 1945… Un transport aérien à l’arrêt, des perspectives bouchées, et donc la crainte de voir toute la filière aéronautique française et européenne disparaître. C’était ça la réalité il y a seulement 14 mois", a déclaré le ministre.

L'Etat français a sauvé Airbus et la filière aéronautique et les milliers de personnes qui travaillent dans cette filière.

Bruno Le Maire, Ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance

Aujourd'hui, la filière se reprend petit à petit. Les bons de commande d'Airbus se remplissent. "Nous avons mis à la demande du président de la République 15 milliards d’euros sur la table sous forme de prêts garantis, de soutien aux fonds propres, soutien à l’investissement, soutien de l’activité partielle qui ont permis de sauver sur le site de Toulouse 1.500 emplois.".

Rester N°1 des constructeurs à la pointe de l'innovation 

En 1 heure, le Ministre a pu visiter les ateliers de Saint-Martin-du-Touch, notamment la ligne d’assemblage final de l’A350. Quelques échanges avec les salariés, puis Bruno Le Maire a pu s'informer sur les outils virtuels et la 3 D. Airbus utilise de plus en plus la réalité virtuelle dans sa production. 

"Nous sommes la filière aéronautique la plus innovante au monde dans tous les domaines : la réalisation avec réalité augmentée qui permet d’avoir des projets plus aboutis, les carburants, la motorisation, le fuselage, les connexions... Cette innovation massive nous permet de rester les meilleurs".

Bruno Le Maire découvre les outils virtuels utilisés par Airbus
Bruno Le Maire découvre les outils virtuels utilisés par Airbus © Stéphanie Bousquet / FTV

En virtuel, le Ministre a aussi découvert le futur site d'assemblage de l'A320-321 qui débutera fin 2022 à Toulouse. "Parmi nos points forts, il y a tous ces hommes et femmes qui travaillent. Je l’ai vu ce matin à Toulouse. Il faut garder le meilleur niveau de compétences. Faire preuve d’audace sur la formation, la qualification. J’ai rencontré des compagnons formés au lycée Airbus de Toulouse, ça fait partie des idées inovantes. "

Réduire l'empreinte carbone

Avant de repartir, le Ministre a fait un plaidoyer écologique. "La décarbonation, c’est une chance pour les constructeurs aéronautiques européens car ce sont les plus avancés dans le domaine. Ils commencent à réduire leurs émissions, produisent des nouveaux types de moteurs, des carburants différents, des fuselages plus légers qui ne sont plus en aluminium mais en composite... Il n’y a pas d'opposition entre la lutte contre le changement climatique et la réussite économique. Au contraire, les 2 sont complémentaires et nous pousse à améliorer nos produits." 

Une visite éclair pour bien montrer que l'Etat sera présent au côté de l'aéronautique. "Je reviendrais aussi souvent que nécessaire pour m’assurer que nous gardons notre rang de numéro 1 de l'aéronautique.".

Selon l'INSEE, la filière aéronautique a souffert de la crise sanitaire avec la suppression de 8.800 emplois en 2020 en Occitanie (dont 4.900 sur la région toulousaine) et Nouvelle Aquitaine. Les entreprises sous-traitantes et les prestataires ont été plus touchés qu'Airbus. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aéronautique économie airbus entreprises politique industrie finances emploi innovation réchauffement climatique environnement pollution technologies