Toulouse : manifestation de citoyens devant le conseil régional pour dénoncer l'expulsion de familles albanaises

Une centaine de citoyens se sont rassemblés devant le conseil régional à Toulouse pour protester contre l'expulsion de 8 familles albanaises. / © JP Duntze / FTV
Une centaine de citoyens se sont rassemblés devant le conseil régional à Toulouse pour protester contre l'expulsion de 8 familles albanaises. / © JP Duntze / FTV

Une centaine de personnes ont manifesté ce vendredi après-midi devant le conseil régional à Toulouse. Elles dénoncent l'expulsion de 8 familles albanaises installées dans un bâtiment de la région inoccupé depuis plusieurs années et demandent qu'elles soient relogées décemment.

Par Laurence Boffet

Samedi à 13 heures, ces 8 familles albanaises et leurs 17 enfants devront avoir quitté l'ancien logement de fonction propriété de la Région qu'elles occupent illégalement depuis le 17 décembre dernier. Sinon, elles seront expulsées.
Cette décision a été rendue jeudi par le tribunal administratif de Toulouse. Elle fait suite à une plainte du conseil régional à qui appartient ce logement, situé au 57 de la rue Achille Viadieu et inoccupé depuis plusieurs années.
 

Rassemblement devant le conseil régional

Cette décision a suscité l'indignation de citoyens et d'enseigants du lycée Berthelot tout proche mais aussi de l'association Droit au Logement 31. Ils étaient une centaine rassemblés devant le conseil régional ce vendredi après-midi pour réclamer que ces familles soient relogées au plus vite. 
"Nous sommes humains comme vous" peut-on notamment lire sur les pancartes brandies devant le conseil régional. / © JP Duntze / FTV
"Nous sommes humains comme vous" peut-on notamment lire sur les pancartes brandies devant le conseil régional. / © JP Duntze / FTV

Colère et indignation

Julie est venue dire ce vendredi sa colère et son indignation. "Ce qui a été décidé hier est fondamentalement injuste" dit-elle, "parce que les familles qui sont logées dans cet immeuble depuis le 17 décembre n'ont causé aucun tort, n'en ont aucunement l'intention , elles veulent juste être au chaud, à l'abri pour vivre dignement, ce qui est quand même un droit fondamental". 
A côté d'elle, Guillaume, enseignant au lycée Berthelot est lui aussi en colère. Il ne comprend pas, dit-il, "que des familles avec des enfants en bas âge puissent aujourd'hui être laissées à l'abandon par l'Etat, dans la rue, sans aucune solution pour vivre dignement."
En fin d'après-midi, une délégation a été reçue par des conseillers de la présidente de la région, Carole Delga. 

 

Sur le même sujet

Les + Lus