A Toulouse, une parenthèse conviviale de Noël dans le plus vieux squat de France

Depuis des années, la Chapelle de la rue Casanova ouvre ses portes pour le soir de Noël. Autour d'un repas offert par l'association, chacun contribue au menu comme il le peut. Ce qui donne un joyeux mélange de convives issus de tous milieux. / © Emmanuel Wat
Depuis des années, la Chapelle de la rue Casanova ouvre ses portes pour le soir de Noël. Autour d'un repas offert par l'association, chacun contribue au menu comme il le peut. Ce qui donne un joyeux mélange de convives issus de tous milieux. / © Emmanuel Wat

Depuis des années, la Chapelle de la rue Casanova ouvre ses portes pour le soir de Noël. Autour d'un repas offert par l'association, chacun contribue au menu comme il le peut. Ce qui donne un joyeux mélange de convives issus de tous milieux.

Par Delphine Gerard

Le Noël des enfants perdus... C'est le nom donné à cette soirée de réveillon qu'organise depuis plusieurs années l'association "l'Atelier Idéal" à la Chapelle, qui est dit-on le plus vieux squat de France. Ce lieu associatif est situé rue Casanova, quartier Compans-Caffarelli à Toulouse.
Des bénévoles offrent le plat principal : cette année, un tajine d'agneau. Et pour le reste, chacun amène ce qu'il peut, en fonction de ses moyens. Parmi les convives, se trouvent des gens de tous les milieux sociaux, des plus aisés aux plus démunis. Le temps de cette parenthèse de Noël, se mélangent des familles, des personnes agées ou des jeunes isolés, pour partager un moment unique. Et dépasser les clivages sociaux ou politiques.

Le reportage d'Emmanuel Wat et Jean-Luc Pigneux :
A Toulouse, une parenthèse conviviale de Noël dans le plus vieux squat de France
Depuis des années, la Chapelle de la rue Casanova ouvre ses portes pour le soir de Noël. Autour d'un repas offert par l'association, chacun contribue au menu comme il le peut. Ce qui donne un joyeux mélange de convives issus de tous milieux. - F3 Occitanie




Le plus vieux squat de France


La Chapelle est depuis 25 ans un squat connu des toulousains pour ses manifestations culturelles : festivals, résidences artistiques, conférences. Le lieu a appartenu à l'évêché puis à la mairie. Depuis 2016, "l'Atelier Idéal" a entamé avec la municipalité des négociations en vue de pérenniser le lieu et ses activités.
En juin dernier, la mairie a validé lors d'un conseil municipal l'établissement d'un bail emphytéotique et une promesse de vente unilatérale de 5 ans. Le rachat du lieu par l'association doit se faire grâce au financement participatif.  40 000 euros sont nécessaires pour la mise aux normes et 100 000 euros pour le rachat. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus