Toulouse : le photographe Romain Laurendeau sacré 1er prix reportage au World Press Photo 2020

C'est le plus prestigieux des prix de photojournalisme. Le Toulousain Romain Laurendeau, ancien élève de l'ETPA, l'école de photo toulousaine, vient de remporter le 1er prix World Press Photo 2020 dans la catégorie reportage avec son travail sur la jeunesse algérienne. Rencontre.
Romain Lauderneau, World Press 2020 du meilleur reportage
Romain Lauderneau, World Press 2020 du meilleur reportage © Romain Lauderneau
Il n'a rien perdu de sa modestie. Pourtant Romain Laurendeau vient de décrocher le graal. Le 1er prix du World Press 2020 dans la catégorie reportage pour son travail sur la jeunesse algérienne dans le quartier populaire de Bab El Oued au moment des élections en 2019.

Ce qui me satisfait surtout c'est que le jury a parfaitement compris ma démarche, nous confie Romain Laurendeau. Avec ces clichés, je voulais donner matière à réflexion sans prendre partie. Ce prix c'est une reconnaissance du journalisme au long court et en immersion. 

Photo en noir et blanc d'un groupe de jeunes
Photo en noir et blanc d'un groupe de jeunes © Romain Laurendeau


5 ans passés en Algérie

Ce prix, Romain Laurendeau aurait pu l'obtenir pour un reportage sur la guerre en Ukraine. A l'époque, il hésitait. Mais c'est finalement l'Algérie, ses élections et cette jeunesse décrite comme perdue, qui ont attisé sa curiosité.
Parti pour un mois et demi au départ, il rencontre un rappeur. Et revient régulièrement pendant 5 ans.

Je vivais avec eux sans soupape explique Romain Laurendeau. Ce qui m'a frappé, c'est qu'ils s'interdisaient de se projeter dans l'avenir. Ils n'avaient pas de rêve. Leur quotidien c'était la débrouille. Ils avaient tous entre 20 et 30 ans. L'âge où on quitte l'enfance et on prend conscience de la vie et de ses problèmes.

L'intégralité du reportage ainsi que ses autres projets sont à retrouver sur le site internet du photographe.
 
Vie quotidienne à Bab El Oued
Vie quotidienne à Bab El Oued © Romain Laurendeau


Une carrière tardive

La photo Romain Laurendeau est tombé dedans tout petit avec les soirées diapos de son grand-père. A son décès, il hérite de son appareil photo. Il est alors étudiant en sciences mais décide de tout plaquer pour la photo. Il entre à l'ETPA, la grande école de photo toulousaine. Mais une maladie de la cornée l'éloigne de son rêve pendant de nombreuses années.

J'ai dû subir une transplantation de la cornée. je n'ai pu me remettre vraiment à la photo qu'en 2012. J'ai donc vraiment commencé ma carrière à plus de 35 ans. 

Prix World Press 2020


Le world Press 2020 et après ?

Depuis Romain Laurendeau a rattrapé le temps perdu. Cet amoureux des voyages a sillonné la planète et certains de ses reportages ont été publiés dans les pages de Jeune Afrique, 6 mois ou encore L'Equipe Magazine. 
 
Des jeunes supporters algériens
Des jeunes supporters algériens © Romain Laurendeau

Il s'est déjà vu décerner plusieurs prix prestigieux avant le World Press 2020.
Une reconnaissance internationale qui lui permet maintenant de continuer son travail à travers le monde. 
Son dernier projet : la catastrophe sanitaire en Palestine, où la jeunesse est ravagée par la drogue dans les camps de réfugiés près de Ramallah. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
photographie culture art portrait éducation société monde international coronavirus - confinement : envie d'évasion santé