Toulouse : risque d'explosions sur un ancien site militaire, on vous explique pourquoi

Un ancien site de stockage de munitions utilisé durant la Seconde Guerre mondiale est en cours de dépollution dans la commune du Fauga en Haute-Garonne. Les munitions retrouvées y seront désormais détruites.

La préfecture de Haute-Garonne a annoncé, ce 22 février 2022, qu'une opération de dépollution d'un ancien site militaire entrait dans une nouvelle phase au Fauga, un village à une trentaine de kilomètres de Toulouse. 

Un ancien site de stockage de munitions

Ce terrain de 50 hectares a servi de lieu de stockage de munitions à la Société nationale des poules et explosifs (SNPE) durant la Seconde Guerre mondiale pour l'armée française, puis pour l'armée allemande. Racheté par le groupe Eiffage en 2001 pour un projet de lotissements, c'est en mars 2005 que plusieurs obus ont été découverts lors de travaux.

À qui incombe-t-il de dépolluer le site? Quinze années de bataille juridique plus tard, l'État a été contraint de prendre en charge cette opération à ses frais. Désormais, le terrain - classé en 2017 en zone naturelle - appartient à l'entreprise Solveo Energie.

Des évacuations à prévoir en fonction des découvertes faites

La première phase du chantier de dépollution a débuté en juin 2021 avec le débroussaillage du site, ainsi que le balisage et la sécurisation de l'accès au chantier. Les munitions de petits calibres découvertes seront détruites, les jeudis après-midi de 14h à 16h, sur une zone de destruction aménagée sur le site. 

Nul besoin d'évacuer les populations, sauf peut-être en cas de découvertes de munitions de grande capacité. "Elles ne seraient pas traitées sur place mais transférées sur un site spécialisé" explique la préfecture. Mais quand un déplacement ne pourra pas être envisageable, "une évacuation de la population pourrait être nécessaire".

C'est un chantier de grande ampleur qui débute cette semaine, et les habitants du Fauga risquent d'entendre des déflagrations chaque jeudi pendant plus d'un an. "La durée prévisible des travaux de dépollution est estimé à 30 mois minimum", précise la préfecture. 

L'actualité "Insolite" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Insolite" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité