Toulouse : en s'imposant 33 - 29 face à Skopje, le Fénix remporte sa 1ère victoire en Coupe d'Europe de Handball

En battant le club de Metalurg Skopje (Macédoine) par 33 à 29, le Fénix de Toulouse a remporté ce mardi soir sa 1ère victoire en Coupe d'Europe de Handball. Après une série de 4 défaites en championnat, les Toulousains ont réussi leur entrée en lice dans la Ligue Européenne.
Les joueurs du Fénix Toulouse Handball soudés pour célébrer leur 1ère victoire en Coupe d'Europe : ils viennent d'écrire une page historique pour le club.
Les joueurs du Fénix Toulouse Handball soudés pour célébrer leur 1ère victoire en Coupe d'Europe : ils viennent d'écrire une page historique pour le club. © Eurosport
Les handballeurs toulousains du Fénix devaient se rassurer, et surtout leur entraîneur, après leurs 4 défaites consécutives en Lidl Starligue, dont 2 à domicile.
Face au club macédonien HC Metalurg de Skopje, ils ont su renouer avec une certaine homogénéité collective, ce qui leur a permis de s'imposer 33 - 29 sans jamais avoir vraiment tremblé.
C'est une entrée en matière idéale dans le tour principal de la Ligue Européenne de handball, qui leur ajoute 10 matches à un calendrier déjà bien chargé, dont 5 à domicile.  Il fallait enrayer la spirale de la défaite : après celles face aux 3 plus grosses écuries du championnat - Paris Saint-Germain, Nantes et Nîmes dans cet ordre - le match de dimanche dernier à domicile face à Dunkerque devait permettre aux Toulousains de remettre la marche avant... Hélas il n'en a rien été.
Le Fénix s'est "effondré" dans les 11 dernières minutes de la rencontre, en encaissant un 8-1 rédhibitoire (score final 27-31 pour les nordistes).
L'équipe n'avait que 48 heures pour surmonter cette déception : elle a su le faire, face à une équipe macédonienne finalement moins forte qu'attendu.

Pour moi la satisfaction est triple : les joueurs étaient abattus après la défaite contre Dunkerque et ils ont su réagir; ils l'ont fait en seulement 48 heures et cette victoire en Coupe d'Europe marque une page historique pour le club.

Philippe Gardent, entraîneur du Fénix Toulouse Handball

La crainte du coach toulousain, c'est que le club n'est pas armé pour jouer sur les deux tableaux, Coupe d'Europe et championnat de France : "mais c'est nous qui l'avons voulu, donc nous allons jouer tous les matches à fond".
Le coach toulousain a averti son équipe : en championnat comme en coupe d'Europe, il faut jouer chaque match à fond.
Le coach toulousain a averti son équipe : en championnat comme en coupe d'Europe, il faut jouer chaque match à fond. © MaxPPP

Mener au score ne suffit pas

Le point faible du Fénix, depuis plusieurs saisons, ce sont des baisses de régime qui empêchent l'équipe de s'assurer une mainmise d'un bout à l'autre d'une rencontre.
Cela a encore été le cas ce mardi soir : les Toulousains ont pris les devants au score malgré l'absence de leur maître à jouer néerlandais Luc Stein; leur pivot norvégien Henrik Jakobsen a tiré 9 fois et a marqué 9 buts; pourtant leurs adversaires sont restés à une distance de 3 buts pratiquement tout le long du match.

Gagner c'est bon pour la confiance

Cependant, le fait d'avoir mené à la marque et retrouvé un jeu fluide, aussi bien en attaques placées qu'en montées de balle, c'est bon pour la confiance. 
Il va leur en falloir pour poursuivre leur chemin sur les deux tableaux :

La suite de la phase de poules de la Ligue Européenne les emmènera également à Moscou et à Vienne : il ne sera pas question pour autant de se rendre en touristes dans les capitales de la Russie et de l'Autriche.

Il faut compartimenter entre la Ligue et la coupe d'Europe, on ne peut pas choisir : il faut mettre la même intensité dans tous les matches. Nous ne nous sommes pas vraiment transcendés : il y aura des matches de plus haut niveau et il faudra marquer un maximum de points à domicile pour finir dans les 4 premiers et se qualifier pour les phases finales.

Pierrick Chelle, capitaine du Fénix Toulouse Handball

L'effectif toulousain a besoin de plus de stabilité sur le terrain; son pivot Henrik Jakobsen sait où trouver la solution : "il faut aller chercher cette énergie à l'intérieur de nous, puisque nous ne pouvons pas nous appuyer sur le soutien du public à cause du huis-clos. Au fur et à mesure on va s'y adapter, ça va venir".
Le déplacement de ce vendredi soir à Chartres est une nouvelle étape cruciale dans le rythme de 2 matches par semaine de ce mois d'octobre au train d'enfer.

Le reportage de l'équipe de France 3 Occitanie.

Dans un Palais des sports à huis-clos les handballeurs du Fénix de Toulouse ont remporté leur 1ère victoire en Coupe d'Europe. ©FTV
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handball sport europe