Toulouse : le TFC en bonne voie pour être vendu à un fonds d'investissement américain, Olivier Sadran reste actionnaire

Olivier Sadran peut ébaucher un sourire : il est en passe de vendre la majorité des parts du TFC au fonds d'investissement américain RedBird Capital Partners. / © MaxPPP
Olivier Sadran peut ébaucher un sourire : il est en passe de vendre la majorité des parts du TFC au fonds d'investissement américain RedBird Capital Partners. / © MaxPPP

Le président et propriétaire du club de football du TFC est entré en "négociations exclusives" avec le fonds d'investissement américain RedBird Capital Partners, afin de vendre 85 % du capital du club. Olivier Sadran l'a annoncé officiellement : il resterait actionnaire à hauteur de 15 %.

Par Yann-Olivier d'Amontloir

La nouvelle est tombée ce jeudi soir 21 mai 2020 sous la forme d'un communiqué du club long et détaillé (une fois n'est pas coutume ;-).
Le président et propriétaire du club de football du TFC est entré en "négociations exclusives" avec le fonds d'investissement américain RedBird Capital Partners, afin de vendre 85 % du capital du club, Olivier Sadran restant actionnaire à hauteur de 15 %.

Relégation : à la justice de trancher

Il l'a indiqué dans une lettre adressée à tous les partenaires du club toulousain, confirmant également qu'il avait contesté la rétrogradation des Violets en Ligue 2 devant la justice, comme l'avait annoncé son homologue Bernard Joanin, président du S.C. Amiens, lui aussi concerné par la descente.
Une incertitude qui n'empêche pas l'homme fort du TFC d'espérer boucler la vente du club avant le 15 juillet 2020 prochain.

Depuis le début du mois de mars dernier, il y avait eu des bruits d'une possible vente du TFC par son président-propriétaire.
Le premier épisode avait pour acteur principal le Chinois Chien Lee, représedntant d'un groupe d'investisseurs sino-américains qui étaient déjà connus dans le football français : ils avaient acheté l'OGC NIce en 2016 pour 20 M€ et l'avaient revendu 3 ans plus tard pour 100 M €.

Palmarès sportif et bénéfices financiers

Cette belle plus-value était justifiée par une qualification pour la Ligue des Champions - la Coupe d'Europe la plus prestigieuse - et deux belles saisons en Ligue 1, même si la troisième, moins fringante, avait justifié leur choix de revendre le club azuréen et de toucher leurs dividendes.
 

Les zones d'ombre de ce passage chez les Aiglons et de sa fin peu glorieuse avaient éveillé la méfiance des supporters des violets.
Comme dans le cas présent, il avait été évoqué des "négociations exclusives" avec un délai d'un mois et demi pour les boucler.

L'hypothèse Olivier Létang

Depuis les choses se sont accélérées : la piste sino-américaine ne débouchant sur rien de concret, un nouveau nom a circulé autour du projet de vente du TFC : celui d'Olivier Létang, ancien président délégué et manager général du Stade rennais pendant 3 ans.
La rumeur s'est enflée, mettant l'accent sur le "groupe dinvestisseurs" présent au soutien de la candidature d'Olivier Létang à ce rachat.
 

Dans les deux cas Olivier Sadran avait toujours refusé de confirmer ou d'infirmer ces infos sur lesquelles beaucoup brodaient avec beaucoup de délectation mais bien peu de faits concrets.
Le silence du club et de son président pouvait être assimilé à l'attitude dont ils ont fait preuve, au regard de l'éventuelle relégation du TFC en Ligue 2 par la Fédération Française de Football (FFF) et la Ligue professionnelle (LFP).

Le choix de rompre le silence

Les exigences du président Sadran au niveau du montant demandé pour cette vente et en matière de garanties financières présentées par les investisseurs avaient été évoquées pour expliquer le non-aboutissement des négociations.
Cette fois il semble que les choses aient pris une bien meilleure tournure : en atteste le choix de communiquer au grand jour.
 

Agé de 50 ans et PDG de la société de "catering" (restauration aérienne) NEWREST, Olivier Sadran avait racheté le TFC en 2001 au moment où le club était rétrogradé de Ligue 1 en championnat National, soit une descente de 2 divisions pour cause de déficit financier.
En l'espace de 2 saisons l'équipe était remontée en Ligue 1, puis avait connu deux qualifications européennenes; mais c'était avant 2010 et depuis lors les Violets avaient végété dans le ventre mou du championnat, voire en bas de classement ces dernières saisons, et évité de peu à 2 reprises une nouvelle relégation.

J’ai à coeur de conserver une participation minoritaire, car je suis Toulousain de naissance et à ce titre je me sens responsable du Toulouse Football Club qui pourra toujours compter sur ma passion et mon soutien

explique Olivier Sadran dans son communiqué.
A Toulouse, les réactions ne se sont pas fait attendre : la première est venue le soir même du Maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, partenaire essentiel du club de la ville et propriétaire du Stadium où évolue l'équipe de Violets.
Tout en remerciant Olivier Sadran pour ses presque 20 ans d'implication dans le club il a tenu à saluer la dimension sociale de son action au sein de la vie quotidienne du football à Toulouse :

je dirai personnellement aux futurs actionnaires majoritaires à quel point cela est essentiel à mes yeux : la finalité sociale et humaine du sport est fondamentale pour moi et je ne saurais approuver une approche qui serait avant tout financière

souligne Jean-Luc Moudenc, qui souhaite rencontrer les dirigeants de RedBird Capital Partners au plus vite, aux côtés du président Sadran.
Cette vente de leur club favori, les supporter du TFC s'y attendaient depuis le début d'année et la conférence de presse de rentrée de son président :

nous souhaitons la bienvenue aux nouveaux propriétaires du club. Nous attendons d'eux qu'ils prennent la mesure du fossé qui s'est créé au fil des dernières années entre le club et son public, qu'ils viennent à notre rencontre au plutôt rour renouer le dialogue... Et qu'ils fassent un "grand ménage" dans l'équipe dirigeante

analyse Jean-Baptiste, du site de supporters LesViolets.Com.
Pour lui le chantier de reconstruction du club est "titanesque" :
  • en premier lieu trouver un entraîneur pour reprendre les rênes de l'équipe en Ligue 2, car les jours de Denis Zanko sont comptés
  • construire un effectif avec l'objectif de jouer les premiers rôles en Ligue 2 pour remonter au plus vite
  • élaborer un projet solide sur le plan financier pour ce faire et renouveler profondément l'équipe qui le pilotera
  • enfin sortir du silence qui règne depuis trop longtemps pour renouer le dialogue avec les supporters et rebâtir des liens concrets de proximité.
Ces dernières années le modèle économique du TFC était basé sur le "trading" de joueurs sur le marché des transferts :
  • d'abord en s'appuyant sur le centre formation pour en sortir des "pépites", les lancer en Ligue 1, et les vendre ensuite à des clubs plus huppés en faisant une plus-value se chiffrant en millions d'Euros
  • ensuite en repérant et recrutant - le plus souvent à l'étranger - des joueurs avec du potentiel pour les faire briller en Ligue 1 puis les revendre, toujours avec une plus-value.
Wissam ben yedder, avant-centre de l'A.S. Monaco et co-meilleur buteur de la saison avec Kylian Mbappé (excusez du peu) est un des meilleurs exemples de ce mode de financement.

Nous n'avons aucun a priori sur le choix fait par Olivier Sadran pour la reprise du club; nous lui savons gré de vouloir rester présent au capital et nous attendons que l'affaire soit bouclée pour en savoir plus. Nous sommes un partenaire essentiel du club qui nous aide en retour car nous ne recevons aucune subvention et souhaitons poursuivre ce partenariat avec la future équipe dirigeante

ajoute Alain Grollier, président du club officiel des supporters du TFC.

Damien Comolli futur président

Le représentant pour la France de RedBird Capital Partners est Damien Comolli.
Âgé de 47 ans, ce natif de Béziers (Hérault) est notamment passé par l'A.S. Saint-Étienne en tant que directeur sportif, avant de devenir manager général  du club de football anglais de Tottenham. Il a ensuite endossé le rôle de directeur sportif au F.C. Liverpool, puis l’a été à Fenerbahçe en Turquie jusqu’en janvier 2020.
Damien Comolli devrait très vraisemblablement devenir le nouveau président du Toulouse Football Club.
Le flou règne encore dans la situation sportive du club, dans l'attente de la décision de la justice concernant sa relégation - même s'il semble avoir 99 % de chances d'évoluer en Ligue 2 la saison prochaine - et ce flou ne contribue pas à éclaircir le contexte du projet d'avenir du TFC.
Avoir choisi de faire cette annonce le jeudi de l'Ascension est peut-être le signe d'un espoir de remontée...

RedBird Capital Partners

RedBird Capital Partners est une société d'investissement américaine qui a été fondée en 2014 par Gerald "Gerry" Cardinale, lequel a passé 20 ans en tant qu'associé ches Goldmann-Sachs.
Elle fournit des capitaux "patients et flexibles" pour aider les entreprises à se développer. RedBird dit rechercher des opportunités d'investissement dans des sociétés axées sur la croissance, grâce à son capital de long terme, son réseau d'investisseurs et ses relations stratégiques.
RedBird gère plus de 3 milliards de dollars de capitaux propres, et s'est spécialisée en bonne partie dans le sport professionnel aux USA : football amériain, football (soccer) masculin et féminin, baseball et basket.
Les Yankees de New-York et les Cowboys de Dallas figurent dans son portefeuille, et elle s'intéressait déjà depuis quelques temps à un éventuel investissement dans un club de football français.

Sur le même sujet

Les + Lus