• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : une famille se bat pour obtenir un logement accessible à son fils polyhandicapé

La famille vit ici, dans un appartement au 1er étage d'un immeuble, sans ascenseur. / © Pascale Lagorce/France 3 Midi-Pyrénées
La famille vit ici, dans un appartement au 1er étage d'un immeuble, sans ascenseur. / © Pascale Lagorce/France 3 Midi-Pyrénées

Depuis six mois, un garçon de 14 ans, polyhandicapé, ne peut plus sortir de sa chambre... Sa famille a été logée par le bailleur Habitat Toulouse dans un appartement au premier étage, sans ascenseur. Elle réclame, en vain jusqu'à maintenant, un logement au rez-de-chaussée, accessible et adapté.

Par Marie Martin

Depuis le mois de mai 2013, une famille installée à Toulouse se bat pour obtenir un logement accessible à leur fils âgé de 14 ans et très lourdement handicapé. Ils vivent actuellement dans un appartement situé au premier étage d'un immeuble, sans ascenseur, ce qui entrave considérablement les déplacements de l'enfant ainsi que l'accès des secours en urgence, le jeune garçon étant régulièrement hospitalisé.
La famille réclame au bailleur de faire l'objet d'une mutation prioritaire dans un logement accessible et adapté. Sous la pression de deux associations, l'APF (association des paralysés de France) et les enfants de Don Quichotte qui soutiennent la famille, le bailleur, Habitat Toulouse, a fait une proposition. Or il s'agit d'un appartement certes au rez-de-chaussée mais accessible avec quatre marches. La famille a refusé la proposition, soutenue en cela par les associations.
"L'évolution de la famille reste fortement entravée par les conditions d'hébergement dans un environnement inadapté à la prise en charge de l'enfant qui nécessite toute l'attention des parents et dont les hospitalisations sont particulièrement problématiques du fait des conditions d'accès inappropriées encore aggravées par les réactions insécurisantes du voisinage qui nécessitent l'accompagnement du S.A.M.U par les services de police ! A l'évidence,  une proposition de relogement dans une habitation et un quartier mieux adapté apporterait un minimum appréciable de sérénité à toute la famille permettant à chacun de mieux évoluer."

Voir le reportage de Pascale Lagorce et Eric Foissac, de France 3 Midi-Pyrénées : 

DMCloud:125801
Polémique logement enfant handicapé

 

Sur le même sujet

Occitanie : les aides européennes en danger

Les + Lus