Toulouse : un distributeur automatique à viande ouvert 24 heures sur 24 dans le quartier de Borderouge

Acheter une côte de bœuf à minuit c’est désormais possible. Dans le quartier de Borderouge à Toulouse un boucher vient d’investir dans un distributeur automatique accessible 24 heures sur 24.

Depuis cinq ans, Oussama Saaida, est gérant d'une boucherie située à Borderouge près de Toulouse. Un commerce très prisé dans le quartier, douze salariés y travaillent à temps complet et les clients patientent parfois plus de 40 minutes pour acheter un morceau de viande.  

Un distributeur à viande ouvert 24 heures sur 24

Oussama Saaida a eu l’idée d’investir à hauteur de 50 000 euros dans cette machine flambant neuve pendant le confinement. Une fois emballées sous vide, les côtes de bœuf et saucisses sont installées dans ce distributeur automatique.

On avait pas mal de queue à l’extérieur de la boucherie. Je voyais les gens faire la queue à l’extérieur pour acheter juste 500 grammes ou un kilo de viande maximum, et en plus il faut refaire la queue pour aller à la caisse,  l’idée m’est venue de là. C’est pour aider les clients.

Oussame Saaida, gérant de la boucherie et du distributeur à Borderouge

C’est un système de 48 casiers maintenus à une température de 2 degrés, accessibles 24 heures sur 24. Pour se servir il suffit de choisir le numéro de casier et payer avant de récupérer le produit.

Une solution bien pratique et un gain de temps bienvenu pour les clients :

C’est super, témoigne une cliente fidèle, "il y a la queue quelques fois à la boucherie, cela m’évitera de la faire, le week-end ou le lundi c’est fermé, cela me permettra d'acheter de la viande quand j’aurai des invités".

C’est pas mal renchérit un autre client, "si on n’a pas le temps de passer dans la journée à la boucherie c’est pratique. Ma femme est enceinte si elle a envie de viande et que la boucherie est fermée c’est pas mal!"

Le distributeur est en service depuis ce week-end. Pour amortir son investissement, le gérant de la boucherie table sur une trentaine de retraits quotidiens.

"Le distributeur c’est la continuité de la boucherie"

Hors de question pour Oussama Saaida de remplacer la boucherie par le distributeur. Il s'agit d'un complément, une manière de répondre aux besoins de sa clientèle.

"Je ne travaille pas tous les jours, j’ai aussi une vie de famille. C’est une façon d’assurer un service continue pour nous les commerçants artisans. Cela nous permet d’avoir des créneaux plus larges. A 19h30 ou le week-end, si les clients ont envie de faire un barbecue, ils peuvent retrouver dans les casiers toutes les viandes qui sont dans nos vitrines à la boucherie", explique-t-il.

Les équipes de France 3 Toulouse ont rencontré le gérant qui a investi dans ce distributeur à viandes. Le reportage est a retrouvé dans nos éditions, demain à midi et 19H30.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
innovation économie artisanat alimentation société