Pause pipi : les salariés de Téléperformance à Blagnac n'auront finalement pas besoin d'envoyer un mail

La direction de l'entreprise de Blagnac indique ce jeudi qu'il n'a jamais été question de demander aux téléopérateurs d'envoyer un mail pour les "pauses physiologiques". Les syndicats maintiennent leur préavis de grève pour vendredi.

Cacophonie. Ce jeudi une responsable syndicale de Téléperformance à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, a indiqué à France 3 que les téléopérateurs ne seront finalement pas contraints de demander par mail l'autorisation de prendre une pause, même pour aller aux toilettes, la direction ayant finalement retiré son projet au cours d'une réunion du CHSCT. 
Mais, dans la foulée, la direction a démenti avoir eu cette idée et indique, dans un communiqué, que "les informations diffusées récemment concernant les pauses physiologiques des conseillers clients et largement relayées dans les médias ne correspondent pas à la réalité de notre fonctionnement ni au dispositif mis en place". En fait, selon la direction, il s'agissait d'une erreur de paramétrage d'un logiciel et non une volonté de l'entreprise. 

Un logiciel contraignant

Cette obligation, qui concerne quelque 200 des 400 salariés du site, était selon les syndicats la conséquence de la mise en service mercredi d'un logiciel "de gestion de flux des appels" baptisé CAV (centre appel virtuel) à la demande d'un client, SFR-Numéricable.
Avec ce nouveau logiciel, le téléopérateur qui désirait faire une pause dans les appels avec les clients devait désormais demander par mail l'autorisation. Et qu'il s'agisse d'un motif professionnel pour rentrer des informations ou privé, c'est le destinataire, le responsable d'équipe, son binôme ou encore celui dit le "vigiste" qui était appelé à donner son aval. Le risque selon les syndicats, était le taux de "non-réponse", les cadres étant aussi appelé à faire autre chose que de répondre à ces demandes. 

"Pas la réalité" selon la direction

Mais dans son communiqué sybillin, la direction estime que ces interprétations sont erronées : "La Direction de Teleperformance France tient à préciser que les informations diffusées récemment concernant les pauses physiologiques des conseillers clients et largement relayées dans les médias ne correspondent pas à la réalité de notre fonctionnement ni au dispositif mis en place. Le système en cours d'installation et de paramétrage, et déjà utilisé par certains centres, ne pose aucun problème spécifique et est conforme à la législation du travail et aux accords de branche.
Teleperformance est de par sa nature une entreprise où l'humain est central et tous systèmes et processus sont construits dans le respect de ses collaborateurs
".

La grève maintenue vendredi

Selon les syndicats, en raison du tollé provoqué par cette annonce, la direction de Téléperformance Blagnac aurait décidé de modifier l'utilisation du logiciel. Mais les syndicats demandent le retrait pur et simple du logiciel, jugé trop intrusif. Le mouvement de grève avec rassemblement devant l'entreprise est maintenu vendredi 25 mars.