L'enquête s'accélère à Saint-Jory, une perquisition est en cours dans le bureau du maire Thierry Fourcassier

Plusieurs perquisitions ont lieu depuis ce matin, mercredi 4 octobre 2023, à Saint-Jory en Haute-Garonne. L'une d'elle est en cours à la mairie.

Une semaine après la mise en examen de Thierry Fourcassier, maire (LR) de Saint-Jory (Haute-Garonne) pour corruption passive et trafic d'influence passif, une perquisition est en cours à la mairie, ce mercredi 4 octobre 2023, dans son bureau. En réalité, d'autres visites d'enquêteurs ont eu lieu, tôt ce matin, à son domicile ainsi que chez trois promotteurs immobiliers. Ces opérations concernent une autre enquête visant l'élu de Haute-Garonne pour corruption et prise illégale d'intérêt.

Hier, mardi 3 octobre 2023, l'un de ces trois homme d'affaires travaillant dans l'immobilier a été également mis en examen dans la première enquête visant l'édile de Saint-Jory, selon nos confrères de la Dépêche du Midi. "Le gérant de cette structure spécialisée dans le secteur d'activité de la promotion immobilière de logements est suspecté d'avoir versé des subventions à une dizaine d'associations de Saint-Jory pour obtenir, en contrepartie, des terrains ou des faveurs", écrit le quotidien. Contacté Me Decaunes, l'un de ses avocats n'a pas souhaité confirmer, ni commenter cet mise en examen. 

30 000€ à une dizaine d'associations

Les faits se seraient déroulés entre 2016 et 2018 alors que la commune était lourdement endettée. La Cour régionale des comptes avait d'ailleurs tiré la sonnette d'alarme en février 2017. C'est à ce moment-là que Thierry Fourcassier décide d'arrêter de subventionner les associations pour privilégier le mécénat privé. "Au cours de ces deux années, le promoteur aurait donné près de 30 000€ à une dizaine d'associations, poursuit la Dépêche du Midi. Le spécialiste de l'immobilier assure qu'il agissait de "se faire de la publicité" et "bénéficier d'une réduction d'impôt". Les enquêteurs de la police judiciaire de Toulouse, suspecteraient le maire d'avoir effectué un montage financier par lequel "ce promoteur aurait versé des sommes d'argent à des associations, à la place de la Ville, qui, en échange, lui aurait accordé des permis de construire".

Ces nouvelles perquisitions interviennent dans une seconde enquête de cette vaste affaire de soupçons de corruption. Elles font suite à la publication de documents sonores par nos collègues de la radio locale 100% dans lesquel Thierry Fourcassier se compromettrait et aurait touché personnellement du "cash" lors de certaines transactions avec des apporteurs d'affaires. Ces nouvelles investigations pourrait déboucher sur une seconde mise en examen dans les prochaines heures. 

Le 30 septembre dernier,Thierry Fourcassier avait jetté l'éponge et annoncé sa démission du conseil municipal " pour protéger sa famille et pour lynchage médiatique".  De nouvelles élections municipales seront organisées début décembre.