"Utopia 56 complice. Stop immigration" : une association d'aide aux réfugiés et exilés, cible d'un mouvement d'ultra-droite

Une plainte pour incitation à la haine a été déposée ce vendredi 24 mai 2024 par une association qui œuvre en faveur des exilés et réfugiés à Toulouse (Haute-Garonne). L'association Utopia 56 a été la cible d'un groupuscule d'extrême-droite, connu pour ses actions contre l'immigration.

Une association venant en aide aux exilés à la rue, demandeurs d'asile et mineurs isolés à Toulouse (Haute-Garonne), a été la cible d'un collectif d'extrême-droite. Sur son compte X, anciennement Twitter, Utopia 56 montre avoir été victime de messages xénophobes et diffamatoires. Plainte a été déposée. 

"On ressent de la colère, mais on continue notre combat : pour un accueil digne pour tous et toutes, le respect de la dignité humaine et le respect du droit", a réagi l'association.

Incitation à la haine

Un grillage portant plusieurs affichettes a été placé, dans la nuit du jeudi au vendredi 24 mai 2024, à la porte du local de l'association de mobilisation citoyenne à Toulouse. "Utopia 56, association complice. Stop immigration", peut-on lire notamment.

"Des messages xénophobes et diffamatoires", selon Utopia 56 qui précise que cette "action a été revendiquée par le collectif d’extrême-droite Furie Française." Une plainte pour incitation à la haine a été déposée "contre les auteurs de cette tentative d'intimidation", annonce l'association.

Furie Française se présente comme un "mouvement de jeunesse communautaire, toulousain et enraciné". Ce vendredi 24 mai 2024, le groupuscule identitaire a effectivement posté sur son compte Instagram une courte vidéo mentionnant une action en cours. On peut y voir deux hommes portant un large grillage sur lequel des affichettes sont également accrochées. Ce qui a été pris en photo par la suite par Utopia 56.

Les militants de Furie Française appartiennent aux 1.500 personnes des groupuscules d'ultra-droite en France, selon les autorités. Le 8 décembre 2023, par crainte de violents affrontements, la préfecture de Haute-Garonne avait interdit un rassemblement organisé par des groupuscules d'extrême-droite à Toulouse.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité