Viré, l'ancien entraîneur adjoint du Toulouse Football Club, Michaël Debève obtient gain de cause face à son ancien club

Le Conseil de prud'hommes de Toulouse (Haute-Garonne) a tranché, jeudi 30 mai 2024, en faveur de l'ancien entraîneur adjoint du Toulouse Football Club (TFC), Michaël Debève, dans l'affaire l'opposant à son ex-employeur.

Le conseil de prud'hommes de Toulouse a rendu sa décision ce jeudi 30 mai dans l'affaire opposant Michaël Debève à son ancien employeur, le Toulouse Football Club (TFC). Le tribunal a estimé que la rupture du contrat de l'ex-entraîneur adjoint en novembre 2022 était abusive, aucune faute grave n'ayant été caractérisée comme le révèle le quotidien La Dépêche du Midi.

Michaël Debève avait été mis à pied par son club au lendemain de la nomination de Carles Martinez Novell comme nouvel adjoint, le club l'accusant notamment de remettre en cause la politique sportive.

Le TFC condamné à verser plus de 85 000 euros 

Mais les arguments avancés par le TFC n'ont pas convaincu les prud'hommes. Le club toulousain est donc condamné à verser 85 688 euros à son ancien salarié, dont 59 500 euros de dommages et intérêts pour rupture abusive du contrat.

À lire aussi : Michael Debève, coach du TFC : "le club a besoin de ses supporteurs pour atteindre ses objectifs"

Si Debève a obtenu gain de cause sur la rupture abusive, sa demande de reconnaissance d'un avenant prolongeant son contrat jusqu'en juin 2024 a en revanche été rejetée, selon le journal local. Son avocat envisage de faire appel sur ce point, la reconnaissance de cet avenant pouvant lui ouvrir droit à des indemnités supplémentaires. Le TFC dispose également d'un droit d'appel

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité