Environnement. Le groupe SEB et ses salariés ne veulent pas de la loi qui doit réduire les polluants éternels, "nos poêles sont sans danger !"

Plusieurs centaines de salariés du groupe d'électroménager SEB doivent manifester mercredi 3 avril 2024 devant l'Assemblée nationale à Paris, pour protester contre la proposition de loi écologiste qui vise à réduire les "polluants éternels".

Ils seront normalement 600 à manifester mercredi 3 avril 2024 devant l'Assemblée nationale à Paris (Île-de-France). La direction, les syndicats et des salariés du groupe électroménager SEB s'érigent contre la proposition de loi écologiste qui vise à réduire l'exposition aux PFAS (substances per- et polyfluoroalkylées) dits "polluants éternels". Des bus de plusieurs départements de France seront affrétés pour transporter les salariés jusqu'à la capitale, l’un d'entre eux partira de Lourdes (Hautes-Pyrénées).

Le but de cette mobilisation : faire pression sur les élus lors des questions au gouvernement et protester contre le risque que fait peser sur l'emploi cette proposition de loi. Portée par le député EELV de Gironde, Nicolas Thiery, elle vise à réduire l'exposition de la population aux PFAS en interdisant la fabrication et la vente de certains produits qui en contiennent. La proposition sera débattue et soumise au vote des députés jeudi 4 avril 2024, le lendemain de la manifestation. 

Des composants "sans danger" ? 

Massivement utilisées dans l'industrie chimique, les PFAS sont presque indestructibles. Ils s'accumulent avec le temps dans l'air, le sol, les eaux des rivières, la nourriture et jusqu'au corps humain, d'où leur surnom de polluants "éternels".

Le groupe SEB indique ne pas utiliser de téflon dans ses revêtements antiadhésifs et affirme que les PFAS, utilisés notamment dans la fabrication des célèbres poêles Tefal, ne présentent pas de danger pour la santé. 

3000 emplois en France 

Le président du groupe SEB, Thierry de la Tour d'Artaise, a estimé que "confondre des composants qui n'ont rien à voir entre eux aboutit à un non-sens", dans un entretien à nos confrères de La Tribune, soulignant que "cela concerne 3.000 emplois en France". Il ajoute que "les produits SEB ne contiennent pas de PFAS considérés comme nocifs pour la santé ou l'environnement par les autorités sanitaires".

La formule aujourd'hui utilisée par SEB contient du PTFE (polytétrafluoroéthène), un autre PFAS dont le groupe affirme qu'il ne présente pas de danger, et est "totalement inerte et insoluble".