PFAS. Faut-il continuer à boire l'eau du robinet ? Une campagne d'analyses "en toute transparence" lancée

Cinq mois après la polémique liée à un mail interne de son directeur stipulant qu'il fallait arrêter de boire l'eau du robinet, l'Agence régionale de Santé d'Occitanie a annoncé, ce lundi 18 mars 2024, une campagne d'analyses dédiée aux PFAS. Une communication pour faire retomber la pression ?

Une campagne d'analyses dédiée aux PFAS (substances per et polyfluoroalkylées) va être menée en Occitanie, a indiqué l'ARS ce 18 mars 2024 lors d'un point presse organisé en visioconférence. Cela fait partie "des initiatives sanitaires régionales sur l'eau de consommation pour anticiper l'application des nouvelles obligations réglementaires sur les PFAS en 2026", précise l'Agence de Santé d'Occitanie dans sa présentation.

Vœu de transparence

Lors de cette présentation, Didier Jaffre, directeur de l'ARS d'Occitanie, a, à plusieurs reprises, utilisé le mot transparence. Mais à la question de savoir s'il est possible d'obtenir les résultats d'analyses déjà effectuées, la réponse est négative. "Nous ne donnerons pas de résultats au compte-goutte. Nous diffuserons un bilan global", indique l'ARS Occitanie.

La qualité de l'eau potable est au cœur des préoccupations sanitaires. Et elle doit répondre à deux enjeux majeurs que représentent le réchauffement climatique et la pression démographique. "En Occitanie, 95% des résultats d'analyses sont conformes aux limites de qualité en vigueur", nous a indiqué l'ARS ce lundi 18 mars.

Une annonce qui intervient cinq mois après la polémique engendrée par un article du Canard enchainé, ayant eu accès à un mail interne du directeur de l'ARS.

Didier Jaffre avait ensuite assuré que l'eau du robinet était "buvable en Occitanie". Faut-il voir un lien entre cette polémique et le lancement de cette campagne de contrôle des PFAS dans l'eau potable ? Didier Jaffre le réfute. 

Contrôle sur plus de 300 points

Surnommés "polluants éternels", les PFAS sont partout : dans l'eau, l'air et le sol. Ces composants chimiques, utilisés par des industriels, sont particulièrement nombreux : plus de 4000 molécules. Mais les analyses ne vont porter que sur 20 de ces polluants listés dans une directive européenne. "À partir de mars 2024, 329 points de prélèvements vont être contrôlés par l'ARS, dans le cadre d'une campagne exploratoire", annonce l'ARS.

Ces contrôles ne seront pas aléatoires. "Un travail a été mené avec la Dreal pour déterminer ces points d'analyse tels que des usines et des installations susceptibles d'être une source de contaminations potentielles", précise l'ARS.

On s'attend à retrouver des PFAS sur des points de captage existants.

Didier Jaffre, directeur général de l'ARS Occitanie

121 contrôles ont par ailleurs été réalisés depuis le mois de juin 2023 sur de nouveaux points de captage, "aucun dépassement du seuil de 0,1 microgramme par litre n'a été enregistré".

Les résultats devraient être connus courant avril. Y compris ceux obtenus à Salindres, dans le Gard, où selon l'ONG Générations Futures, un possible record mondial de pollution.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité