Hautes-Pyrénées : un randonneur meurt dans un éboulement

Dimanche 28 mars en fin d'après-midi, un homme de 51 ans, originaire de Tarbes, est décédé après avoir été enseli sous des blocs de pierre dans le secteur de Gavarnie. Les randonnées en haute montagne nécessitent une attention de tous les instants rappellent les gendarmes des Hautes-Pyrénées.

Lac des Gloriettes dans les Hautes-Pyrénées, secteur de l'accident
Lac des Gloriettes dans les Hautes-Pyrénées, secteur de l'accident © MAXPP/ Philippe Clement

Un nouveau drame de la montagne s'est produit dimanche 28 mars 2021, en fin d’après-midi. Un homme a été victime d’un éboulement de plusieurs blocs de pierre à Gavarnie et n'a pas survécu à cet accident.

Il était en randonnée avec sa famille dans le secteur du lac des Gloriettes quand il se serait agrippé à des rochers pour grimper et emprunter un raccourci. Des blocs se sont alors détachés, l'homme s'est retrouvé écrasé dessous.

Malgré l'intervention du PGHM (le peloton de gendarmerie de haute-montagne) de Pierrefitte-Nestalas (65) en fin d'après-midi sur site, l'homme était déjà décédé. Un terrible accident qui rappelle les risques de la randonnée dans les Pyrénées.

La montagne tout aussi dangereuse au Printemps

Avec l'arrivée des beaux jours et du printemps, surtout avec le contexte épidémique, de plus en plus de personnes choisissent d'aller marcher dans les Pyrénées pour s'aérer. La hausse de fréquentation sur les sentiers est réelle. Le PGHM de Pierrefitte-Nestalas rappelle que la prudence et la rigueur doivent être de mises.

La montagne n'est pas moins dangereuse au Printemps. Avec la chaleur, le manteau neigeux en altitude devient instable. Du coup les avalanches de fonte sont plus nombreuses et peuvent être tout aussi fatales qu'en hiver. Certes on les voit mieux, elles sont moins dynamiques mais quand on est pris dedans, il est très difficile d'en sortir. Et les éboulements sont aussi possibles, ils sont tout aussi dangereux.

Commandant Jean-Marc Bougy, PGHM de Pierrefitte (65)

Préparer son itinéraire et être bien équipé

Le peloton de gendarmerie a republié sur son site la semaine dernière toutes les consignes de sécurité avant d'aller randonner.

" Ce qui est extrêment important c'est de préparer son itinéraire en amont. Il faut se renseigner sur les conditions météo et consulter absolument le bulletin des risques avalanches. Ensuite il est préférable de partir en randonnée à plusieurs. Ou de donner son itinéraire précis à un proche si l'on part seul. Statistiquement les personnes qui partent seules sont plus difficiles à retrouver ", précise le commandant Jean-Marc Bougy.

Le PGHM rappelle qu'il faut aussi partir équipé, surtout pour les marches en très haute montagne. Le tryptique " pelle, sonde et DVA " ( sonde d'alerte en cas d'avalanches) est obligatoire et toujours avoir un kit de survie et des vêtements chauds au fond du sac. " A cette saison, les températures varient énormement entre la journée et la nuit, il faut toujours prévoir des équipements chauds en cas de soucis", nous précise le commandant.

Tous ceux qui sont avides de grands espaces, mais peu aguerris aux marches en haute montagne, peuvent aussi se rapprocher des guides qui travaillent dans les Pyrénées et formés pour les accompagner.

 

 

 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne nature faits divers randonnée