• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le maire de Tarbes Gérard Trémège placé en garde à vue

Gérard Trémège (à gauche de l'iimage) lors de la perquisition menée à l'hôtel de ville de Tarbes le 18 décembre dernier. / © Laurent Dard / AFP
Gérard Trémège (à gauche de l'iimage) lors de la perquisition menée à l'hôtel de ville de Tarbes le 18 décembre dernier. / © Laurent Dard / AFP

Le maire de Tarbes Gérard Trémège a été interpellé et placé en garde à vue ce matin à son domicile dans le cadre d'une enquête sur des soupçon de favoritisme dans la passation de marchés publics. Plusieurs autres personnes sont aussi placées en garde à vue. Un nouveau rebondissement dans ce dossier.

Par Véronique Haudebourg

Gérard Trémège, le maire de Tarbes depuis 2001 a été interpellé à son domicile de Barbazan-Débat ce matin et placé en garde à vue. Une perquisition est en cours chez lui en présence d'un juge d'instruction. Une information confirmée par le procureur de Pau Jean-Christophe Muller. De même pour Michel Forget, l'adjoint aux travaux de la municipalité tarbaise et Joris Ducastaing, architecte, Isabelle Bonis, compagne de Gérard Trémège et directrice de la SEMI, la société d'économie mixte financée par la ville de Tarbes qui construit des logements sociaux, Michel Caillaud, ancien directeur généraux des services de la municipalité et plusieurs responsables de service de la ville.

L'affaire avait été révélée en 2013, en pleine campagne municipale. Depuis Gérard Trémège dénonce un complot à son encontre et réclame sa mise en examen pour avoir accès au dossier qui selon lui est "vide".

La mairie se refuse à tout commentaire.
Une perquisition a été effectuée au domicile du maire de Tarbes à Barbazan-Débat / © Régis Cothias / France 3 Midi-Pyrénées
Une perquisition a été effectuée au domicile du maire de Tarbes à Barbazan-Débat / © Régis Cothias / France 3 Midi-Pyrénées
Ces interpellations interviennent dans le cadre de l'enquête judiciaire pour favoritisme dans la passation de marchés public et des faits d'abus de biens sociaux ouvertes depuis plusieurs mois par le parquet de Pau, à l'occasion notamment de l'obtention par un architecte tarbais (Joris Ducastaing) et une entreprise locale du bâtiment d'au moins un marché public. Dans ce cadre, plusieurs perquisitions ont déjà eu lieu à la mairie.

EN VIDEO / le reportage de Régis Cothias et Marc Lasbarrères
Garde à vue Gérard Trémège

Sur le même sujet

Mort suspecte d'une sexagénaire à Pignan

Les + Lus