Depuis les attentats du 14 juillet 2016 à Nice, la sécurité a été renforcée sur le site de pèlerinage. Des dispositifs qui sont accentués lors des pics d'affluence.

Avec 3,5 millions de visiteurs le 15 août 2023 pour le traditionnel pèlerinage, le sanctuaire de Lourdes retrouvait presque une fréquentation identique à celle d'avant crise-sanitaire. Mais ici, les touristes affluent toute l'année, alors en 2016, après les attentats de Nice, les dispositifs de sécurité ont été renforcés.

À l'entrée du sanctuaire, les bagages volumineux des visiteurs sont régulièrement inspectés. Trente-quatre gardes, dont certains habillés en civil, sont dispersés sur le site 24 heures sur 24. Également, une centaine de caméras téléguidables scrutent les faits et gestes de la foule.

"On a appelé ça la sérénité du pèlerin, explique Sébastien Maysounave, directeur du département de site, en charge de la sécurité et des services techniques. C'est-à-dire faire en sorte que le pèlerin puisse venir faire sa démarche de pèlerinage sans se soucier des questions de sécurité". Ici, ce sont surtout "les portes, les accès, et les comportements" des visiteurs qui sont surveillés avec les dispositifs de vidéoprotection. Les agents de sécurité du sanctuaire sont en lien continu avec les forces de police, qui multiplient les patrouilles aux abords des entrées.

Une cible potentielle pour les terroristes

Un dispositif déployé pour une raison : les autorités considèrent le lieu de pèlerinage comme une cible potentielle des terroristes. "C'est un site qui requiert toute l'attention du fait de sa fréquentation, mais aussi parce que le lieu est symbolique, développe Sébastien Maysounave. C'est un des principaux lieux de pèlerinage mondiaux, et c'est pour cela qu'il y a une vigilance particulière des services de l'État." 

Des pics de surveillance à certaines périodes

Les autorités sont particulièrement sur le qui-vive à certaines périodes de l'année. "On a des moments de forte concentration à des moments de fête, on a les pèlerinages nationaux, le pèlerinage du Rosaire, on a bientôt le pèlerinage des militaires, et donc il y a des dispositifs particuliers qui sont pris à ces moments-là." Des "temps exceptionnels" au nombre d'une dizaine dans l'année.

Lors des pics d'affluence comme au 15 août, des bornes rétractables sont aussi déployées dans les rues de la cité mariale afin de stopper une éventuelle voiture bélier. "Nous avons un dispositif qui est saisonnier. Nos dispositifs montent en force au début de la saison et jusqu'à la fin avec des pics, et en hiver, on a quelques points de vigilance aux alentours des fêtes, et notamment celle du 11 février, fête des Apparitions à Lourdes."

Propos recueillis par Olivier Faissolle.