Déconfinement : on vous explique le protocole sanitaire pour la réouverture des stations thermales dans les Pyrénées

Après six mois et demi de fermeture, les stations thermales sont autorisées à rouvrir. Aux grands thermes de Bagnères de Bigorre (Hautes-Pyrénées) malgré la jauge réduite à 50% et le protocole sanitaire renforcé, cette reprise d'activité se fait au grand plaisir des curistes et des personnels.

Les Grands Thermes de Bagnères de Bigorre, dans les hautes-Pyrénées, ont accueilli leurs premiers curistes ce lundi matin.
Les Grands Thermes de Bagnères de Bigorre, dans les hautes-Pyrénées, ont accueilli leurs premiers curistes ce lundi matin. © Emmanuel Fillon / FTV

Après six mois et demi de fermeture pour cause de pandémie de Covid-19, les stations thermales ont été autorisées à rouvrir à partir du 19 mai dernier, mais avec une jauge réduite à 50% dans un premier temps.

Aux grands thermes de Bagnères de Bigorre dans les Hautes-Pyrénées, cette réouverture a eu lieu en ce matin du lundi de Pentecôte 24 mai, au grand plaisir des curistes et des personnels.

Des contraintes renforcées

Le protocole sanitaire auquel les établissements des stations thermales sont soumis, a été renforcé par rapport aux mesures déjà mises en place l'année dernière :

Avant toute chose, chaque curiste doit présenter, soit un test PCR datant de moins de 72 heures, soit un certificat de vaccination complète - composée de deux injections - pour pouvoir accéder aux lieux.

Au sein de l'établissement thermal, on ressent le soulagement qu'éprouvent les patients à revenir bénéficier de la cure qui leur a été prescrite. Longue de près de 7 mois, l'attente a généré de l'impatience ; c'est aussi le cas pour les personnels, car la plupart sont des salariés saisonniers qui risquaient de se retrouver bientôt en fin de droits, donc en difficulté financière.

Une reprise progressive

Depuis que la date du 19 mai a été officialisée, toute l'équipe des grands thermes s'est attelée aux préparatifs pour cette réouverture. L'activité reprend progressivement : "il faut un peu de temps pour se remettre dans le bain", c'est l'opinion générale qu'expriment tant les personnels que les curistes, non sans un zeste d'humour.

Dès le premier jour de réouverture aux grands thermes de bagnères de Bigorre, les curistes n'ont pas tardé à "se remettre dans le bain".
Dès le premier jour de réouverture aux grands thermes de bagnères de Bigorre, les curistes n'ont pas tardé à "se remettre dans le bain". © Emmanuel Fillon / FTV

Comme dans toutes les stations thermales d'Occitanie, l'année 2020 et le début de 2021 ont été très déficitaires d'un point de vue financier. Elles comptent donc sur une montée en régime de leur activité au cours de la saison d'été pour retrouver une situation à l'équilibre.

Nous n'avons que 50% de réservations par rapport à la même date il y a 2 ans : 7 000 en 2019 contre seulement 3 500 cette année. Nous ne comptons que 150 curistes cette semaine ; nous en aurons 270 la semaine prochaine. Nous avons un grand besoin de communiquer sur notre réouverture, et de rassurer.

Marie-Hélène Blanque, Directrice des Grands Thermes de Bagnères de Bigorre

Il faut tenir compte du fait que les établissements thermaux ont avant tout une activité qui s'exerce sur prescription médicale.

A Bagnères de Bigorre, grâce à son eau thermale captée à 200 m de profondeur et à une température de 50°, on pratique des soins en rhumatologie, on y traite les affections psychosomatiques (troubles du sommeil, stress, anxiété, burn-out...) et on y soigne les voies respiratoires.

L'espoir d'une bonne saison d'été

Toute l'équipe des grands thermes espère que la saison d'été connaîtra la meilleure fréquentation possible, et que l'activité ne subira aucune interruption jusqu'à la date de fermeture de l'établissement, fixée au 3 novembre 2021 prochain.

Un paramètre important vient renforcer cet optimisme : à partir du 30 juin la restriction à une jauge de 50 % sera levée.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
thermalisme santé pyrénées montagne vaccins - covid-19 société covid-19 tourisme économie déconfinement