Hautes-Pyrénées : bravant le confinement, un saisonnier se tue en randonnée

L'intervention a nécessité la présence des hommes de la CRS Pyrénées en poste à Saint Lary. / © Julien Passeron
L'intervention a nécessité la présence des hommes de la CRS Pyrénées en poste à Saint Lary. / © Julien Passeron

Un saisonnier de la station de ski de Piau-Engaly s'est tué lors d'une randonnée entreprise malgré le confinement contre la propagation du coronavirus. L'homme de 28 ans était en chômage technique, il en avait profité pour sortir.

Par J.V

"L'homme de 28 ans, originaire de Vendée, travaillait dans la restauration sur une station de ski, mais était au chômage technique" à cause du confinement, a indiqué le capitaine Julien Passeron, commandant de la CRS Pyrénées.

Une sortie malgré le confinement

Vendredi après-midi, il a entrepris de gravir un sommet "visible depuis le logement où il était confiné avec d'autres saisonniers sur la commune d'Aragnouet dans les Hautes-Pyrénées" a-t-il ajouté, précisant que la route empruntée n'était "pas un chemin habituel de randonnée, mais plutôt un versant de montagne boisée très raide, il s'est clairement mis en difficulté."

Arrivé au sommet, il a appelé une amie saisonnière, qui, ne le voyant pas revenir plusieurs heures plus tard, a prévenu les secours dans la soirée. Cinq secouristes et deux chiens se sont lancés à sa recherche jusqu'à 3H00 du matin, sans succès, a souligné le capitaine Passeron.

Son corps retrouvé plusieurs heures après sa disparition

Le corps sans vie du jeune homme a été découvert samedi 28 mars au matin et récupéré en hélicoptère. Une enquête est en cours mais les premiers éléments montreraient qu'il a dévissé d'une paroie glissante.

Les règles de confinement renforcées présentées lundi par le gouvernement autorisent des déplacements brefs pour "s'aérer" dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour de son domicile. "Là on en était loin", a affirmé le commandant de la CRS Pyrénées.

"Celà mobilise des moyens nécessaires ailleurs"

Le capitaine Julien Passeron le rappelle : "il est indispensable que chacun respecte les règles, en montagne comme ailleurs. Ce genre d'intervention dramatique oblige à des moyens humains et matériels (hélicoptère notamment) qui sont nécessaires ailleurs en ce moment."

Sur le même sujet

Les + Lus