Mathieu Crepel, le snowboarder des Pyrénées engagé dans une course à la voile avec la transat Jacques Vabre

Le champion de snowboard, Mathieu Crepel se lance dans une nouvelle aventure. Il prend le départ ce dimanche 7 novembre de la transat Jacques Vabre avec le skipper Stan Thuret.

Il aime la glisse et surtout les défis. Il excelle sur la neige et sur l'eau mais cette fois Mathieu Crepel s'en va glisser au large. Le champion de snowboard originaire de Tarbes prend le départ de la transat Jacques Vabre ce dimanche 7 novembre. C’est le skipper Stan Thuret qui lui a proposé cette nouvelle aventure. Les deux hommes partagent les mêmes envies. La passion du challenge et le besoin de mettre leurs performances au service de la protection de l’environnement.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Mathieu Crepel (@matcrepel)

Stan Thuret et Mathieu Crepel font partie des 158 skippers engagés sur la course transatlantique. Le départ sera donné ce dimanche à 13h27 au large du Havre pour une destination inédite dans l'histoire de cette course: la Martinique. Trois parcours sont proposés cette année pour permettre un tir groupé d'arrivées des vainqueurs de chaque classe dans une fenêtre de 5 à 7 jours. Au total, ce sont 79 bateaux qui sont répartis sur quatre classes : les Ultim
(32 m) et les Ocean Fifty (15 m) en multicoques et les Imoca (les bateaux de 18 m du Vendée Globe) et les Class 40 (12 m) en monocoques.

Passionné de glisse

Mathieu Crepel, passionné de glisse et d'aventure, a toujours surfé sur la neige et sur les vagues. En snowboard, il a été au plus haut niveau mondial avec quatre titres entre 2005 et 2007 et deux participations aux Jeux Olympiques. En surf, il s'est attaqué à des vagues mythiques comme la célèbre vague de Jaws, à Hawaï, l'une des plus puissantes du monde.

"Le surf et le snowboard sont essentiels pour moi, ils me permettent d'être proche de la nature et m'ont appris sa faiblesse, cela me donne envie de partir à l'aventure, loin du confort habituel, et me défier constamment", dit-il sur son site internet.

La compétition et la protection de l'environnement

Le duo Thuret-Crepel va naviguer sur un Class 40 équipé de deux panneaux solaires et d’un hydrogénérateur. La voile est fabriquée à 40% en fibre de lin.
"On a la chance de vivre dans un environnement aquatique magique mais fragile", explique le snowboarder quelques jours avant le départ. L’objectif est bien de faire passer des messages tout au long de la course. A bord de leur voilier, Stan Thuret et Mathieu Crepel enverront des vidéos chaque jour pour raconter leur quotidien, la gestion de l’eau notamment mais ils évoqueront aussi le changement climatique et son influence notamment sur la migration des cétacés.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
voile sport