Pyrénées : crise oblige, les stations de ski se veulent moins énergivores

Les stations de ski des Pyrénées se préparent pour l'ouverture de la saison. Un démarrage marqué par l'envolée du coût de l'énergie. Production de neige de culture plus optimisée, vitesse des remontées mécaniques réduite : les domaines skiables veulent baisser leur facture énergétique d'au moins 10%.

Même si les sommets des Pyrénées ne sont pas encore enneigés, les domaines skiables préparent la saison. Si la météo est favorable, les stations devraient rouvrir en majorité le 3 décembre. Cette nouvelle saison rime avec sobriété énergétique. L'objectif : atteindre au moins 10% d'économie d'énergie.

Vitesse des remontées mécaniques rabaissée

Avec l'augmentation du coût de l'énergie, les stations de ski doivent désormais faire attention à la moindre dépense. La fabrication de neige artificielle et les remontées mécaniques sont les postes les plus coûteux. 

La vitesse de certaines remontées mécaniques pourra être adaptée en fonction de la fréquentation, une mesure indolore pour le skieur.

Si on réduit la vitesse d'un télésiège ou d'une télécabine d'un mètre par seconde, on économise 10% sur notre facture d'électricité.

Akim Boufaïd, directeur du domaine skiable de Saint Lary

La température dans les bâtiments va être diminuée et la production de neige de culture optimisée. Jacques Alvarez, le directeur de la station de Font Romeu Pyrénées 2000 dans les Pyrénées Orientales explique que les domaines skiables n'ont pas attendu la crise énergétique pour être plus exemplaires dans la gestion de la ressource en eau : 

Depuis 2008, on a divisé par 2 notre consommation d'eau pour la production de neige artificielle. On prélève 500 000 mètres cubes d'eau par saison dans le barrage des Bouillouses. Eau qui est ensuite rejetée dans l'espace naturel à la fin de la saison.

Jacques Alvarez, directeur du domaine Font-Romeu Pyrénées 2000

Les dameuses équipées de radars

Pour éviter de "perdre" de la neige et optimiser le manteau blanc, les dameuses sont désormais équipées de radars intelligents capables de mesurer l'épaisseur de la neige. C'est le cas dans la station de Peyragudes, dans les Hautes-Pyrénées. Un outil qui permet de déplacer la neige en fonction des besoins au fil de la saison et de produire les justes quantités de neige de culture. 

Les conducteurs de dameuses sur le réseau N'PY, qui rassemble 8 stations des Pyrénées, ont tous été formés à l'éco-conduite et un "manageur de l'énergie" a été désigné dans chaque domaine pour gérer les bonnes pratiques. 

Des forfaits en légère augmentation

Pour attirer les skieurs, les domaines des Pyrénées assurent vouloir absorber ce surcoût. Les forfaits à la journée ont été légèrement augmentés de 1 à 5 euros selon les domaines. Comptez 49 € à Saint Lary, 44 € à Peyragudes ou 36 € à Luz-Ardiden. 

Des réservations à la hausse

Malgré l'inflation, les réservations sont à la hausse. Après une saison 2021-2022 record avec un peu plus de 2 millions de journées ski sur l'ensemble des stations pyrénéennes, cet hiver s'annonce tout aussi positif. 

On enregistre une hausse de 8% des réservations par rapport à la même période l'an passé.

Guillaume Roger, directeur d'exploitation N'PY