Tarbes : le 1er RHP à nouveau en deuil après l'annonce de la mort d'un élève-officier de 24 ans

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christine Ravier .

Un élève-officier du 1er régiment de hussards parachutistes de Tarbes a été retrouvé mort dans sa chambre à l'école militaire de Saint-Cyr Coëtquidan. Il aurait succombé à un malaise. C'est ce qu'avance l'académie sur les réseaux sociaux.

Paul Pasi, un élève-officier provenant du 1er RHP de Tarbes a été découvert mort dans sa chambre à l'école militaire de Saint-Cyr Coëtquidan. L'annonce  du décès a été faite ce lundi soir. Dans un post Facebook, l'académie militaire a relayé la triste nouvelle. L'origine du décès de cet homme de 24 ans est inconnue. L'académie avance qu'il s'agit d'un malaise.

Paul PASI, né le 7 décembre 1996, s'était engagé en tant que sous-officier en 2016. A l’issue de sa formation à l’École nationale des sous-officiers d’active, il avait rejoint le 1er régiment de hussards parachutistes pour y servir en qualité de chef d’engin blindé.

Il a été déployé en 2018 au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane. Admis au concours de l’École militaire interarmes, l’élève-officier PASI rejoint la garnison de Coëtquidan en septembre 2021 pour devenir officier.

Paul Pasi était célibataire et n'avait pas d'enfant. "Extrêmement généreux et ouvert aux autres, il s’engageait sans compter dans la vie de sa promotion et témoignait toujours d’une grande attention à l’égard de ses camarades" témoigne l'académie qui présente via les réseaux sociaux ses condoléances à ses frères d’armes et à sa famille.

Rappelons qu'entre juillet et septembre 2020, trois militaires du 1er régiment de hussards parachutistes de Tarbes appartenant à la force française Barkhane au Mali, avaient été tués, l'un par un attentat suicide et les autres par un engin explosif. 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité