Agde : après un vol de sac à main au camp naturiste, un homme en fuite fonce sur 2 policiers

Le rapport de police de l'événement parle de tentative d'homicide sur 2 policiers au Cap d'Agde, la nuit dernière, avec usage de l'arme à feu administrative d'un des policiers sur un véhicule en mouvement. Mais au final, le voleur de sac à main a pris la fuite.
(image d'illustration).
(image d'illustration). © R. Perrin / Maxppp
Tout commence dans le village naturiste du Cap d'Agde, tard dans la nuit ou tôt ce jeudi matin vers 4h40. La police est appelée pour un vol de sac à main dans l'enceinte du camp.
Pour repérer et arrêter le voleur, les policiers de la Bac et de police secours mettent en place un dispositif de surveillance.

La tactique de la souricière

La victime appelle alors son téléphone qui se trouve dans le sac à main volé. Le voleur répond et lui donne rendez-vous sur un parking à l'extérieur du camp pour rendre le sac et le téléphone contre 500 euros.

Un individu arrive dans une voiture mini cooper noire et prend contact avec la victime. L'interpellation est lancée mais très vite l'homme se réfugie dans sa voiture et bloque les portes. 2 policiers s'identifient et lui ordonnent de se rendre.

Il lève les mains puis enclenche la marche arrière sur 10 mètres pour se dégager et repart en marche avant en direction d'un policier.

Un policier de la Bac tire une fois

Celui-ci sort son arme de service et tir une fois.
Mais le voleur le dépasse et prend la fuite "à vive allure" selon le rapport des policiers... Une voiture de police placée en retrait au rond-point ne peut l'intercepter et ensuite n'a pas réussi à le suivre.

Au final, il n'y a aucun blessé, aucun dégât sur les voitures et le voleur, un homme décrit comme "africain" dans le rapport d'intervention, est en fuite. L'histoire ne dit pas ce que sont devenus le sac à main et le téléphone.

Encore une agression contre des policiers dénoncée par les syndicats de police de l'Hérault. Pour Bruno Bartocetti, secrétaire régional Unité SGP Police de l'Hérault : "la violence prend trop de place dans notre société, c'est vraiment très difficile à gérer pour les forces de l'ordre".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité faits divers insolite