Sérignan et Agde, récompensées pour leur action en faveur de la flore et de la faune sur le littoral

Publié le Mis à jour le
Écrit par Isabelle Bris

Le label Pavillon Bleu, remis chaque année pour la saison estivale, met aussi l'accent en 2020 sur les actions des communes pour développer le tourisme durable et protéger la nature : 15 villes ont été distinguées cette année dont Sérignan et Agde.

Depuis plusieurs décennies, la ville d'Agde finance l'immersion de récifs artificiels pour favoriser le retour de la faune sous-marine. Cette année, elle vient d'être distinguée par le label Pavillon bleu pour sa dernière initiative en la matière.

En janvier dernier, deux récifs artificiels, confectionnés avec du béton spécial au PH neutre et imprimés en 3D, ont été immergés dans l'avant port. Leur mission est double : servir de lests à deux étoiles de mouillages où 16 bateaux supplémentaires pourront s'amarrer et offrir un espace "nurserie" à la biodiversité marine.  

 

 

Une distinction qui ravit Renaud Dupuy de la Grandrive, le directeur du service dédié au milieu marin à la ville d'Agde :

Le pavillon bleu, c’est une plus-value pour la ville, et recevoir cette distinction supplémentaire, c'est souligner la qualité de notre environnement. Les touristes du nord de l’Europe sont sensibles à ce type de label.

 

 

Une roselière pour poissons juvéniles

L'autre dispositif qui vaut à la ville d'Agde d'être lauréate dans la catégorie "Tourisme durable" du Pavillon Bleu, c'est l'installation de roselières de différents types sur 150 mètres au bord des quais.

Elles ressemblent aux herbiers marins et sont susceptibles de servir elles aussi de nurserie à la faune marine. "Ces deux dispositifs, nés de l'ingénierie écologique et de l'éco-conception, permettent aussi au port de rester connecté à l'Aire marine protégée de la côte agathoise, située juste à la sortie du port." explique Renaud Dupuy de la Grandrive.

Pour l'heure, l'efficacité de ces récifs artificiels n'a pas encore été globalement évaluée, les résultats restent partiels car les études en la matière coûtant cher, avoue le responsable du service milieu marin.

On s’en sert pour reconquérir la biodiversité, on y voit des poulpes, des sèches, des calmars mais aussi des langoustes qui sont parfois nombreuses. Ces récifs remplacent les corps morts et les nurseries classiques comme les pneus chargés de béton tenus par une chaîne qui cassent, rouillent et finissent par dériver. 

 

 

Sérignan protège ses oiseaux de mer

Petit oiseau migrateur présent sur le bassin méditerranéen, le gravelot à collier interrompu revient du sud de l’Europe et de l’Afrique pour nicher sur nos plages, entre avril et août.

Ses oeufs sont très exposés, car ils sont déposés sur le sable au milieu de la plage. Résultat : un seul poussin arrive à survivre sur les 60 à 90 oeufs pondus par une femelle gravelot au cours de sa vie ! 

Pour veiller sur cette espèce protégée, l’Agglomération Béziers Méditerranée, la Communauté Hérault Méditerranée, les villes
de Valras Plage, de Sérignan et de Portiragnes ont donc travaillé ensemble afin de protéger les oeufs des gravelots.

"Avec le confinement, les colonies de gravelots mais aussi de sternes naines ont pris de l'ampleur et, de plus, les oiseaux sont allés coloniser de nouveaux espaces près de la réserve naturelle de la Maïre. Nous avons donc sécurisé ces secteurs en délimitant les nids avec piquets et panneaux d'informations", explique Sylvie Dumont, du service environnement à la mairie de Sérignan.

Malheureusement, le week-end du déconfinement des plages, des deux roues sont allées saccager ce secteur pourtant interdit, détruisant plusieurs nids sur leur passage : 

Plainte en cours

Malgré les affichages et les bornes, des gens sont entrés sur le site, on s’attendait à des problèmes avec des chiens en liberté mais pas à des actes comme ceux-là... C’est de l'ignorance ou de la provocation nous ne savons pas, en tous cas, nous avons porté plainte.

La mairie compte renforcer encore la protection du site pour préserver les nids, au moins jusqu’à la mi-juillet.