• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Arrêté anti-pesticide à Murles : une première dans l'Hérault

"Arrêtez de nous empoisonner !" demande Clothilde Ollier à l'Etat français, qu'elle estime responsable de la pollution au pesticide. / © C.Montel/FTV
"Arrêtez de nous empoisonner !" demande Clothilde Ollier à l'Etat français, qu'elle estime responsable de la pollution au pesticide. / © C.Montel/FTV

Ce mardi midi, Clothilde Ollier, maire de Murles a déposé un arrété en préfecture pour interdire les pesticides à proximité des habitations dans sa petite commune du Pic Saint Loup. C'est une première dans l'Hérault.

Par Isabelle Bris

Clothilde Ollier a déposé officiellement en tant que maire de Murles un arrêté interdisant les pesticides à proximité des habitations auprès du préfet de l'Hérault, ce mardi midi.

Cette militante écologiste affirme que Murles est la seule commune de l'Hérault a avoir pris cette mesure sur la base du principe de précaution, parce qu 'elle estime que la santé des habitants doit être une priorité absolue.
 

  Le but, c'est qu'on pousse tous au niveau des communes, collectivement quand on s'unit, on gagne ! 


Devant la préfecture de l'Hérault et face aux micros des journalistes, cette quadragénaire, infirmière aux Urgences à Montpellier a également déclaré : " Ce n'est pas Murles et ses 300 habitants qui vont changer le monde, mais on a mis notre pierre à l'édifice. Pour que ca marche,  il faut inciter les maires des autres communes à pousser  dans le bon sens!"

Plusieurs maires dans d'autres régions, en Bretagne ou dans les Hauts de France on déjà pris des arrêtés anti-pesticides, qui ont été suspendu par les tribunaux administratifs. 

"Arrêtez de nous empoisonner ! "

Clothilde Ollier est maire de Murles depuis 2014, elle a aussi été candidate EELV en juin dernier lors de l' élection départementale partielle sur le canton de Lodève.

Pour cette fille d'agriculteur, il ne faut pas jeter la pierre à ceux qui cultive la terre , qui sont "en bas du système et à qui on n'offre plus la possibilité de fonctionner autrement, ce serait trop facile ! "

"Ce sont eux qui font les lois, les responsables


L'élue locale affirme s'être engagée depuis de nombreuses années contre les pesticides dans sa petite commune de quelque 320 habitants tout comme dans le grand Pic Saint Loup.

" Il faut dire à l'Etat : stop, arrêtez de nous empoisonner : vous faites les lois, vous autorisez les poisons ! "
 

Soutenue par FNE LR

Dans la journée, France Nature Environnement Languedoc-Roussillon, qui rassemble plusieurs associations de défense de la nature, a salué l'engagement de Clothilde Ollier qui "va dans le sens des attentes de la société", peut-on lire dans un communiqué de presse.

"La consommation des pesticides en France est en hausse : + 12,4% en 10 ans. À l’heure actuelle, la pulvérisation des pesticides est limité à proximité des cours d'eau, mais aussi à proximité des écoles, hôpitaux, maisons de retraite , alors pourquoi ne pas faire de même avec toutes les habitations sachant, par exemple, qu’un enfant passe bien autant de temps à la maison qu’à l’école ?"

De telles actions de désobéissance civile, non violentes et assumées publiquement, sont un pavé dans la mare nécessaire face à l'inertie de État, conclue FNE LR.


Le geste de écologiste Clothilde Ollier  était surtout symbolique car il y a de fortes chances que son arrêté soit cassé par le tribunal administratif. 

C'est ce qui s'est passé à Langouët en Bretagne, là où le maire a été le premier à prendre ce genre d'arrêté contre les pesticides à proximité des habitations. Une dizaine d'autres maires en France ont lancé la même action.
 

Sur le même sujet

Aude : des vendanges inespérées après les inondations d'octobre 2018

Les + Lus