• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Béziers : le nouveau compte Twitter d'Emmanuelle Ménard suspendu

Emmanuelle Ménard - archives / © Vincent Isore/Maxppp
Emmanuelle Ménard - archives / © Vincent Isore/Maxppp

Vendredi 26 juillet, le compte Twitter de la députée de l'Hérault Emmanuelle Ménard avait été bloqué après un post visant la jeune Greta Thunberg. Dans la foulée, la parlementaire créait un second compte sur la plateforme. Quelques heures plus tard, il a lui aussi été suspendu. Explications.

Par Mary Sohier

La polémique ne désenfle pas. Le 23 juillet dernier, Emmanuelle Ménard, députée de la 6e circonscription de l'Hérault, écrivait sur Twitter : "Greta Thunberg. Dommage que la fessée soit interdite, elle en mériterait une bonne.".

La parlementaire réagissait à la venue de Greta Thunberg, militante suédoise devenue l'égérie du combat pour le climat, à l’Assemblée nationale la semaine dernière. La jeune fille de 16 ans intervenait face aux députés.
 
Tweet d'Emmanuelle Ménard, le 23 juillet 2019. / © Capture écran Twitter
Tweet d'Emmanuelle Ménard, le 23 juillet 2019. / © Capture écran Twitter

Emmanuelle Ménard, que France 3 Languedoc-Roussillon a joint par téléphone ce lundi, nous explique son tweet.
 

C'est du second degré. Je n'ai jamais voulu mettre une fessée à cette jeune fille.
- Emmanuelle Ménard, députée de la 6e circonscription de l'Hérault.


La députée explique avoir été contactée par un administrateur de Twitter : "On m'a dit que j'avais le choix : soit retirer mon tweet et présenter des excuses, soit faire appel et dans ce cas-là mon compte était suspendu. J'ai choisi l'appel.".
 

Le compte officiel bloqué vendredi et un second suspendu samedi


Trois jours après son tweet donc, vendredi 26 juillet, le compte Twitter de la députée était bloqué.
Ce samedi 27 juillet, Emmanuelle Ménard était de retour sur le réseau social en ouvrant un nouveau compte @MENARDEmmanuel1. En l’espace de quelques heures près de 5 000 "followers" s’étaient abonnés au nouveau compte de la députée. Mais très vite, la plateforme a suspendu le profil. 

"La liberté d’expression est de plus en plus menacée dans notre pays", estime Emmanuelle Ménard qui relève que son "nouveau compte a été signalé par les mêmes qui ont signalé mon tweet osant critiquer Greta Thunberg. Le politiquement correct ne fait plus seulement la loi, il sort la matraque".

Pour Rachel*, administratrice du compte Twitter Sleeping Giants FR qui traque régulièrement le site internet bvoltaire.fr de son mari, Robert Ménard, les internautes se sont mobilisés en masse : "Il y a dû y avoir beaucoup de signalements pour apologie de la violence".
 

La loi Avia pointée du doigt par les soutiens d'Emmanuelle Ménard


Sur les réseaux sociaux, les soutiens d’Emmanuelle Ménard pointent du doigt la loi Avia, votée le 9 juillet à l’Assemblée nationale, qui oblige les plateformes et moteurs de recherche à retirer les contenus "manifestement" illicites sous 24 heures, sous peine d’être condamnés à des amendes.

* Le prénom a été modifié.
 

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus