A Béziers, d'anciens conteneurs maritimes transformés en maison

A Béziers, une entreprise s'est spécialisée dans la fabrication de bâtiments à partir de conteneurs maritimes. L'occasion pour certains de devenir propriétaire de sa maison à moindre coût.

Devenir propriétaire de sa maison, un rêve pour beaucoup de Français, mais qui est souvent stoppé à cause du prix de construction. Et si la solution pour faire des économies était de recycler de vieux conteneurs maritimes pour construire à moindre frais et faire un geste pour la planète ? A Béziers depuis 10 ans l’entreprise Everlia s'est spécialisée dans la construction de bâtiments à partir de conteneurs. Et à première vue, ces maisons ressemblent à des maisons contemporaines traditionnelles.

Régine et son mari se sont laissés tenter. Leur maison est fabriquée à partir de cinq conteneurs maritimes : "A la base, nous souhaitions avoir une maison contemporaine. Mais ça avait un coût assez élevé, donc nous nous sommes renseignés sur les maisons conteneurs. Nous avons vu que nous faisions entre 10 et 20 % d’économie", nous explique Régine Michel, propriétaire d'une maison en conteneurs.

Leur maison leur a coûté 120 000 euros pour une surface de 110 mètres carrés.

700 millions de conteneurs sur les mers de la planète 

D’après les données de la banque mondiale, il y aurait près de 700 millions de conteneurs en circulation sur les mers de la planète, mais il y a un problème, ces symboles de la mondialisation ont une durée de vie d’environ 14 ans.

Il y a 10 ans, alors qu’il travaille sur le port de Marseille, Alain Krizanowski a une idée pour recycler « ces déchets de la mondialisation », comme il dit. A l’époque, un tremblement de terre vient de ravager Haïti : "J’étais devant un conteneur et je me suis dit, mais c’est ça qu’il faut, parce que c’est une boîte en métal, plus solide puisque ça transporte des tonnes et des tonnes sur toutes les mers. Le conteneur, pour moi, et pour beaucoup je pense, c’est un déchet de la mondialisation. Et il est temps de recycler aujourd’hui et d'arrêter de produire."

La résistance et la robustesse ne sont pas les seuls atouts des constructions en conteneurs. Selon Renaud Leclerc, architecte, la fine structure métallique permet de mieux isoler les bâtiments : "Nous avons des spécificités d’un point de vue thermique et acoustique qui sont sans commune mesure avec la construction traditionnelle, on a également une isolation facilitée par l'âme structurelle qui est beaucoup plus mince que ce que l’on trouve dans des ossatures traditionnelles en parpaing ou en béton".  

77 000 euros une maison de 81 mètres carrés

Mais le critère principal d'achat reste le prix, et ça Alain Krizanowski l'a bien compris. Alors, il a eu une idée : la maison en conteneur low-cost : 77 000 € pour 81 mètres carrés.

"La maison low-cost c’était une demande car les primo accédant et les familles ont besoin de se loger de manière économique et on s’est bien rendu que dans les plus de 3000 demandes que l’on avait qu’il y avait des gens qui voulaient construire eux-mêmes sans avoir les problèmes de construction," explique le chef d'entreprise.

Une mairie et une école à partir de conteneurs 

Mais aujourd’hui la majorité des demandes concerne des bâtiments publics. C’est le cas à Faugères dans l'Hérault, depuis plusieurs années, le village de 500 habitants avait le projet de construire une nouvelle école et une nouvelle mairie. Problème : difficile pour la commune de boucler le projet avec son petit budget annuel de 600 000 €.

Alors, le maire s'est renseigné pour construire en conteneur et le village a fait des économies importantes : "On va être à 1,4 millions hors taxes. En construction traditionnelle cela nous aurait coûté 2 millions d’euros", nous dit Philippe Bouche, le maire de Faugères. 

Dernier atout de ce type de construction : sa livraison rapide. Entre 5 et 6 mois pour une maison individuelle et environ 18 mois pour un équipement public.

Le reportage de Clément Barbet et Yannick Le Teurnier 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
travaux publics économie entreprises finances famille société écologie environnement