Incendie de Béziers : le coût de la nouvelle école estimé à 5 millions d'euros

après l'incendie de la nuit du 31 octobre au 1er novembre, l'école Les Tamaris doit être entièrement rasée puis reconstruite. Les 300 élèves seront répartis dans 3 établissements du secteur. / © F.Detranchant / FTV
après l'incendie de la nuit du 31 octobre au 1er novembre, l'école Les Tamaris doit être entièrement rasée puis reconstruite. Les 300 élèves seront répartis dans 3 établissements du secteur. / © F.Detranchant / FTV

Le maire de Béziers, Robert Ménard a annoncé aux parents d'élèves les échéances concernant la construction de la nouvelle école. Elle devrait être livrée pour la rentrée de septembre 2021. Ce vendredi, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, Laurent Nuñez, s'est rendu sur place.

Par Camille Nowak

Cinq millions d'euros : c'est le coût estimé pour la construction de la nouvelle école des Tamaris, à Béziers. Une enveloppe qui contient la phase de démolition et la phase de construction du nouvel établissement. L'ancienne avait en effet été ciblée par des incendies au cours de la nuit du 31 au 1er novembre. 

380.000€ pour la location de bungalow

La phase de démolition de l'ancienne école doit débuter en janvier prochain et s'étaler jusque fin mars. Suivra ensuite la construction du nouveau bâtiment. Pendant cette phase de travaux, l'école se fera dans des bungalow aménagés en salles de classe. Ceux-ci doivent être installés pour la rentrée des vacances de Noël, en janvier 2020. La location pendant la phase de travaux devrait s'élever à 380.000€.

Entre temps, les enfants sont répartis dans différentes écoles du quartier : un bâtiment annexe des Tamaris, l'école des Oliviers, l'école des Romarins et le centre Saint-Jean d'Aureilhan.
 
 

Les classes ne seront pas réparties, les élèves seront avec leurs camarades et la même maîtresse. C'était important pour nous de garder cet équilibre. Au final les enfants n'auront que 23 jours d'école dans des classes éparpillées, explique Arthur Bachès, directeur de la communication au cabinet du Maire de Béziers. 


La construction de la nouvelle école devrait donc prendre un peu plus d'une année. "C'est un temps record, ajoute Arthur Bachès, on a des délais aussi courts grâce notemment à la procédure d'urgence qui a été lancée"

Pour le directeur académique des services de l’éducation nationale du département de l’Hérault, cet évènement a reflété une importante solidarité au sein de ce quartier : "Il y a un mot qui qualifie la gestion de l’incendie c’est la solidarité", confie-t-il. 
 

Une somme qui s'ajoute aux dégâts causés par les inondations

Au total, pour réparer les dégâts causés par l'incendie la commune devra débourser 5 millions et 380 000€. Une somme qui s'ajoute aux dégâts causés par les inondations qui ont fortement frappé la ville de Béziers en octobre dernier. Pour cette catastrophe naturelle, les dégâts de la commune ont été évalués à 4 millions d'euros.  

Le Maire la ville, Robert Ménard a déjà annoncé lors de la réunion qu'il comptait sur l'Etat pour l'aider à couvrir ces dépenses. 
 
Laurent Nuñez, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, ce vendredi aux côtés du maire de Béziers Robert Ménard. / © FTV
Laurent Nuñez, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, ce vendredi aux côtés du maire de Béziers Robert Ménard. / © FTV

Ce vendredi après-midi, une semaine après les faits, Laurent Nuñez, s'est donc rendu sur place. Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur a visité les lieux sinistrés, accompagné de la rectrice d'académie, des députées Emmanuelle Ménard et Coralie Dubost et du maire de Béziers.

Robert Ménard qui n'a pas manqué l'occasion de faire savoir au secrétaire d'Etat qu'il a été "profondément choqué, comme un certain nombre d'autres Biterrois, que d'autres ministres n'aient pas pris la peine de venir dans ma ville aussitôt cette catastrophe survenue".

"Il y a eu le temps de l'urgence, a répond Laurent Nuñez, il fallait trouver rapidement des solutions pour que les enfants soient scolarisés, il y a eu le temps de l'investigation, maintenant il y a le temps de la compréhension. Je suis venu au nom du gouvernement pour témoigner son soutien à la population."

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus