Tir au fusil de chasse sur une voiture près de Béziers : le procès renvoyé au 12 février

Le 29 décembre, à Saint Pons de Thomières (Hérault), un homme avait tiré avec un fusil de chasse sur la portière avant gauche d'un véhicule conduit par un homme qu'il soupçonnait d'avoir une relation extraconjugale avec sa compagne. Son procès a été reporté au 12 février. 

© Lionel Vadam / Maxppp
Le conducteur qui était en train de quitter sa propriété n'avait pas été atteint par les projectiles stoppés par la portière (plombs pour le petit gibier), mais il avait percuté un muret dans sa tentative de fuite.

Tentative de suicide


L'homme, mis en cause, avait quitté immédiatement les lieux puis aurait tenté de mettre fin à ses jours dans une chambre froide en ouvrant deux bouteilles de gaz, en vain. Interpellé par les gendarmes de la communauté de brigades de Saint-Pons-de-Thomières et la brigade de recherche de Béziers le jour même, il avait contesté avoir voulu tuer son rival. Les gendarmes ont saisi 12 fusils de chasse et plusieurs munitions à son domicile.

Le juge des libertés de la détention du tribunal de grande instance de Béziers avait placé en détention provisoire l'homme de 57 ans dans l'attente de son jugement en comparution immédiate ce 2 janvier 2020 pour des violences aggravées (avec arme et préméditation) ayant entraîné une incapacité totale de travail de 4 jours.

Expertise psychiatrique


Ce jeudi, le tribunal correctionnel de Béziers a renvoyé au 12 février 2020 à 14 heures l'examen du dossier. Dans l'attente, le tribunal l'a maintenu en détention provisoire et il a ordonné une expertise psychiatrique. Sans aucun antécédent judiciaire, il encourt une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement et 75 000 € d'amende.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers