Championnat de France de barbe : un Héraultais dans la course

Jean-Pierre Martin a décidé de laisser pousser sa barbe il y a trois ans. / © Jean-Pierre Martin
Jean-Pierre Martin a décidé de laisser pousser sa barbe il y a trois ans. / © Jean-Pierre Martin

Jean-Pierre Martin, 63 ans, est en lice pour le titre de plus belle barbe de France. Le championnat a lieu samedi 22 juin à Paris. Face à l’Héraultais, 85 autres candidats.
 

Par Richard Duclos

A Paris samedi 22 juin se tient la troisième édition du Championnat de France de barbe, qui récompense les plus belles barbes et moustaches du pays. 86 finalistes, sélectionnés parmi les 301 inscrits, y participent. Parmi eux, Jean-Pierre Martin, qui habite Quarante dans l’Hérault. A 63 ans, il fera partie des doyens de la compétition, catégorie barbe de moins de 20 cm.

"J’ai commencé à me laisser pousser la barbe à 60 ans, pour mon mariage, explique-t-il. J’avais commencé les tatouages à 50 ans, mais mon compagnon ne voulait pas que j’en fasse un nouveau, alors j’ai choisi la barbe."
  

25 minutes par jour


Cette barbe, longue de 17 centimètres environ, Jean-Pierre l’entretient avec soin. Il y consacre 25 minutes par jour, et va chez le barbier une fois par mois. "Je fais un shampoing trois fois par semaine, un blanchissement comme pour les cheveux, je me sèche avec un séchoir spécial qui démêle et brosse en même temps, puis j’applique soit un baume soit une huile, puis une huile à moustache quand je veux faire une fixation à la Dali." "J’ai tellement de produits que je pourrais ouvrir une boutique", plaisante-t-il. Pas question en effet de négliger ses poils, surtout après avoir exercé pendant 37 ans comme toiletteur pour chien : "Le poil doit être doux et soyeux. Une barbe peut être longue et rêche comme du poil de sanglier, la mienne bouge quand je bouge la tête."

Depuis qu’il est barbu, Jean-Pierre dit avoir gagné en assurance, au point de faire du mannequinat. "Je suscite la curiosité, raconte-t-il. Des gens m’interpellent dans la rue et me prennent en photo."

Pour le championnat, lui qui aime les défis voudrait bien gagner. A défaut, il se satisfera de rencontrer d’autres barbus qui partagent comme lui sa nouvelle passion.

 

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus