• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Débat virulent mais courtois entre gilets jaunes et élus après la manifestation de Béziers

Alors que les gilets jaunes manifestaient samedi dans les rues de Béziers, à quelques kilomètres de là, à Servian, une poignée d'entre eux ont organisé une rencontre avec des élus. Des élus de tous bords pour échanger de manière constructive et surtout s'écouter mutuellement. 
Alors que les gilets jaunes manifestaient samedi dans les rues de Béziers, à quelques kilomètres de là, à Servian, une poignée d'entre eux ont organisé une rencontre avec des élus. Des élus de tous bords pour échanger de manière constructive et surtout s'écouter mutuellement. 

Alors que les gilets jaunes manifestaient samedi dans les rues de Béziers, à quelques kilomètres de là, à Servian, une poignée d'entre eux ont organisé une rencontre avec des élus. Des élus de tous bords pour échanger de manière constructive et surtout s'écouter mutuellement. 

Par Olivier Le Creurer

D'un côté des gilets jaunes, de l'autre des élus


D'un côté des gilets jaunes, de l'autre des élus, du député au maire de village. Et le débat démarre fort. "Aujourd'hui, la police qui a reçu des ordres tire à tir tendu aux visages. Il y a des gens qui sont défigurés à vie. Croyez-vous qu'on règle les problèmes comme ça ?" Réponse de l'autre côté de la table: "toutes les violences sont condamnables, toutes. Des deux côtés."
 

 

Echanges virulent mais courtois


Aucun thème n'est tabou. Les échanges sont virulents mais courtois. Par exemple à propos du référendum d'initiative citoyenne. "On ne veut plus d'impôts. Le lendemain, il n'y a plus d'impôts. On paie les fonctionnaires avec quoi ? On ne veut plus d'élus. Le RIC gagne. Le lendemain, il n'y a plus d'élus. On fonctionne comment ? Il faut accepter l'idée que le RIC puise être une bonne idée mais le RIC doit être limité parce sinon il n'y a plus d'organisation."
 

Le quotidien des gilets jaunes


Face aux élus, les gilets jaunes recadrent souvent le débat sur ce qui compte vraiment pour eux. Leur quotidien. "On veut des choses concrètes. Nous, le problème, c'est qu'à la fin, il faut qu'on donne à manger aux enfants.

On veut des choses concrètes. Nous, le problème, c'est qu'à la fin, il faut qu'on donne à manger aux enfants

Comment voulez-vous qu'une personne âgée qui a travaillé toute sa vie, ne touche que 800 euros par mois. je travaille dans un service à la personne. Dès fois, c'est moi qui apporte des repas, de la viande, à ces personnes âgées parce qu'elles n'ont plus rien à manger."

En fait, les échanges vont durer deux heures et demi. Mais Sébastien est ambitieux. Il veut un nouveau débat avec tous les députés de l'Hérault.
 

 

Sur le même sujet

"Si une cathédrale brûle, elle est appelée à être rebâtie"

Les + Lus