Hérault : ce que va changer le nouveau pôle d’échanges multimodal de Lunel

Le pôle d’échanges multimodal (PEM) de la gare de Lunel a été inauguré jeudi 17 septembre. L’objectif de ce projet à plus de 11 millions d’euros est d'articuler les différents modes de transport, tout en encourageant les déplacements “doux”.

Le Pôle d'échange multimodal de la gare de Lunel est le résultat de quatre ans de travaux.
Le Pôle d'échange multimodal de la gare de Lunel est le résultat de quatre ans de travaux. © F3 LR
Déposer sa voiture, retrouver son vélo, prendre le bus ou repartir en train... tout cela au même endroit ! C’est l’ambition du pôle d’échanges multimodal (PEM) de la gare de Lunel inauguré jeudi 17 septembre 2020. 

Fruit de quatre années de reflexions et de travaux, le projet est pensé comme une plateforme vers laquelle convergent tous les moyens de transport.

1 million de voyageurs par an

En six ans, le flux de passagers en gare de Lunel a doublé : 3.400 par jour, soit un million de voyageurs par an. "Nous avons l’objectif d’atteindre rapidement 1,5 million", avance Carole Delga, présidente PS de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée. Depuis le mois de février 2020, en moyenne, un TER s’y arrête tous les quarts d’heure.

Il était urgent d'adapter la gare pour qu’elle corresponde aux déplacements des usagers"

Fabien Sanguinède, responsable transports de la Communauté de communes du pays de Lunel.

Plus de 11 millions d'euros investis

Le coût total des travaux, plus de 11 millions d'euros HT, est supporté par la Communauté de communes du pays de Lunel (35%), la Région Occitanie (20%), l'Union Européenne (20%), le Département de l’Hérault (17%), l'Etat et la SNCF.

Vers des déplacements plus “doux”

La notion de transports “doux” recouvre tous les modes de transports sans moteurs, qui ne génèrent pas de pollution ou de gaz à effet de serre (la marche, le vélo, la trottinette…).

Le Pôle d’échange multimodal permettra aux habitants du bassin lunellois de privilégier les modes doux de déplacement et les transports collectifs

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie

 La priorité a été donnée aux piétons, vélos et personnes à mobilité réduite.Maud Joalland, architecte-urbaniste en charge du projet

Maud Joalland, architecte-urbaniste en charge du projet.

Afin d’inciter les usagers à opter pour ces modes de transport, la Communauté de Communes du Pays Lunellois a accordé 500 000€ aux communes pour réaliser 12 km de pistes cyclables supplémentaires. Une piste cyclable devrait bientôt relier Marsillargues à la gare de Lunel.

Un projet à rayonnement social

Dans le cadre du projet du PEM, 3258 heures d’insertion ont été réparties auprès des entreprises attributaires des marchés du PEM. Des habitants des quartiers prioritaires de Lunel, des bénéficiaires des minima sociaux et des demandeurs d’emploi de longue durée ont pu participer à ce dispositif. 

Lunel est une ville relativement pauvre, notamment son centre. La nouvelle envergure de sa gare devrait favoriser l'attractivité de la ville et son désenclavement, en la plaçant stratégiquement à une douzaine de minutes du centre de Montpellier et de celui de Nîmes. 
 
Un vaste projet immobilier à proximité de la gare est également prévu par la mairie, avec 30% de logements étudiants. Et le maire Pierre Soujol de se prendre à rêver : "des logements étudiants très bientôt, et pourquoi pas une antenne des universités de Montpellier dans quelques années ?".
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie transports trains régionaux écologie environnement vélo transports en commun ter sncf mobilité