Hérault : de nombreux canards sauvages trouvés morts avec suspicion de botulisme à Sérignan

Après une dizaine de corps trouvés le 23 juillet, le bilan s'est considérablement alourdi parmi les canards du bord de l'Orb, à Sérignan. Des analyses sont en cours pour déterminer la cause de ces morts, qui pourraient être dues au botulisme, une pathologie fatale pour les animaux contaminés.
Les canards font partie des espèces sauvages qui peuvent contracter le botulisme (image d'illustration).
Les canards font partie des espèces sauvages qui peuvent contracter le botulisme (image d'illustration). © Patrick Lefevre/MAXPPP

C’est une hécatombe qui touche les canards des bords de l’Orb, à Sérignan. Ce vendredi 30 juillet et après plusieurs jours de recherches, "près de 40" palmipèdes morts ont été recensés par les services de la ville, sur la cinquantaine qui composaient la colonie locale. Un triste décompte enclenché une semaine plus tôt, quand le président du club de rame a trouvé les corps d’une dizaine de volatiles, rapporte la municipalité.

Insouciants, ils fendaient l’eau avec élégance et souvent venaient à notre rencontre sur la berge en se dandinant pour nous gratifier d’un concert de joyeux coins coins. Hélas, nous ne reverrons plus un grand nombre d’entre eux.

Mairie de Sérignan.

Certains ont été prélevés. Ils doivent faire l’objet d’analyses et d’autopsies au Laboratoire départemental vétérinaire de Montpellier. L’Office Français de la Biodiversité, qui s’est rendu sur place, soupçonne que ces morts soient liées à des cas de botulisme. Cette affection neurologique, souvent fatale, est engendrée par les toxines émises par la bactérie, Clostridium botulinu.

"Chez les oiseaux, des signes cliniques de paralysie flasque sont observés et progressent de manière ascendante, touchant d’abord les pattes puis les ailes, le cou et les paupières, expose l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES). L’appareil respiratoire et le cœur sont ensuite atteints, entraînant la mort de l’animal en moins d’une semaine.".

Les résultats d’analyse sont attendus dans les jours à venir. Bien qu’il n’y ait "pas de transmission directe documentée entre un animal atteint de botulisme et l'Homme", toujours selon l’ANSES, la ville conseille aux habitants de prendre des précautions. Il est recommandé d’éloigner les animaux domestiques de la rivière et des cadavres de canards, mais aussi d’éviter de consommer du poisson pêché sur place ou de se baigner, "chose qui est interdite par arrêté municipal", précise la ville.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature santé société pollution environnement écologie