Hérault : "on a découvert un carnage", une dizaine d’animaux morts attachés retrouvés dans un refuge à Lunel

Des chèvres, des chiens, au total une dizaine de bêtes mortes ont été retrouvées dans un refuge animalier de Lunel (Hérault). Certaines sont probablement mortes attachées. Une trentaine d’autres animaux, vivants, ont été saisis.

La gendarmerie et la SPA sont intervenus ce lundi 22 novembre, sur demande du parquet, dans un refuge animalier à Lunel, dans l'Hérault. Ils y ont découvert une dizaine d'animaux morts dont des chiens et des chèvres, pour certains attachés. Une trentaine d'animaux vivants, présents sur les lieux, ont été saisis par les gendarmes. 

Les gendarmes sont intervenus suite à une plainte déposée contre ce refuge pour animaux abandonnés. Le refuge associatif "Au secours des 4 pattes" abritait une dizaine de chiens, une quarantaine de chats, cinq chevaux, des cochons, des chèvres et des boucs, ainsi qu'une quarantaine de volailles et une vache camarguaise.

Un massacre 

Une bénévole de l'association a également déposé plainte pour maltraitance envers des animaux. Elle s'est rendue à la mairie de Lunel pour dénoncer les agissements de l’association pour laquelle elle travaillait depuis un an. Elle a découvert le charnier vendredi dernier. 

On a découvert le charnier dans un hangar où on n'avait pas le droit d'aller.

Une bénévole

"On avait interdiction d'aller dans le hangar. Ce jour-là, nous étions trois bénévoles et comme on avait trouvé des ossements à côté de la porte, on a décidé d'aller voir. Là, on a découvert un massacre, un carnage", confie la bénévole qui avait pris plusieurs fois la décision d 'emmener des animaux chez le vétérinaire et qui a même recueilli un chien chez elle. Elle poursuit : "le responsable du refuge mettait les animaux dans le hangar soi-disant parce qu'ils aboyaient et on ne les revoyait plus. D'autres fois, d'autres animaux disparaissaient du jour au lendemain. Les animaux n'avaient pas l'air en bonne santé. On se doutait de quelque chose, mais pas à ce point-là".

A contrario, le responsable du refuge dit s'être laissé déborder par l’afflux d’animaux. "Il y a des animaux qui sont morts, effectivement. Les animaux, ça meurt. On ne peut pas être au chevet de tous les animaux constamment. On a été débordé. Plein de chèvres sont arrivées. Les gens prennent des chèvres et puis ils les abandonnent… On en a eu par-dessus le portail, on en a eu de partout, donc voilà", explique-t-il.

Soutien de Rémi Gaillard 

Rémi Gaillard, l'humoriste montpelliérain et défenseur de la cause animale dénonce ces faits de cruauté envers les animaux sur son compte Twitter et se dit prêt à soutenir toutes les actions en justice des bénévoles, selon l'une de ses amies contactée par la rédaction de France 3.

Une trentaine d'animaux encore vivants ont par ailleurs été récupérés par la SPA. 

Ce drame et cette polémique à Lunel interviennent au moment où le Sénat vient d'adopter les conclusions de la commission mixte paritaire sur la proposition de loi visant à lutter contre la maltraitance animale et conforter le lien entre les animaux et les hommes.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers animaux nature polémique société