20 étudiants passent le concours "ma thèse en 180 secondes" à Montpellier

20 doctorants du Languedoc-Roussillon ont 180 secondes chrono pour séduire. 3 minutes pour convaincre un jury sur leur thèse. Un vrai défi pour ces jeunes chercheurs qui ont plutôt l'habitude de prendre leur temps. "Ma thèse en 180 secondes" est une initiative des universités francophones de 4 pays.

Montpellier - le concours régional de "ma thèse en 180 secondes" - 30 avril 2015.
Montpellier - le concours régional de "ma thèse en 180 secondes" - 30 avril 2015. © F3 LR

Dans l'atrium de l'Institut de botanique de Montpellier, Antoine Chollet tente de maîtriser son stress, avant la finale régionale de ce concours d'éloquence francophone baptisé "ma thèse en 180 secondes". Et ce n'est pas The Voice.
Cette joute oratoire a été créée en 2012 au Québec. Elle regroupe les conférences des universités françaises, québecoises, belges et marocaines francophones, sur le modèle de ce qui se fait dans les pays anglo-saxons.

Le jury est composé de 6 membres (une journaliste, une cadre de pôle emploi, un responsable d'association scientifique, des chercheurs et des universitaires).
La gagnante Charlotte Roy représentera le Languedoc-Roussillon à la finale nationale. Elle concourra à la finale à Nancy, le 3 juin.
Les 3 finalistes seront sélectionnés pour la finale internationale à la Sorbonne à Paris le 1er octobre. Ils affronteront alors les meilleurs représentants du Québec, de Belgique et du Maroc notamment.

Une bataille de précision et de concision contre la montre

Résumer 3 ans de travail en 3 minutes, c'est le défi du jour des 20 doctorants issus des pré-sélections, à peu près tous dans le même état d'anxiété, comme Tania Louis, par exemple.
L'amphithéâtre est plein à craquer. Et le jury est là pour les départager. Les candidats passent dans l'ordre alphabétique.

Talent d'orateur, cohérence du discours et surtout capacité à vulgariser sont scrutés par les 6 jurés.

C'est ce que va faire Tania, qui a travaillé sur une protéine baptisée SAM, capable de bloquer le virus du SIDA, mais pas seulement. Elle finira 2e.
Charlotte Roy et ses travaux sur la rééducation par la danse des malades parkinsoniens, l'emporte, elle représentera donc notre région au concours national.

Etre clair et concis pour être compris, nous à France 3, on y travaille encore et toujours.

durée de la vidéo: 03 min 12
Montpellier : concours d'éloquence avec "ma thèse en 180 secondes"

Plus d'informations ou revoir le concours 2014.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ma thèse en 180 secondes université archives éducation recherche société