Le festival Radio France et Montpellier fête trente ans de "moment inouïs"

Le Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon qui fête son 30e anniversaire, du 9 au 25 juillet, s'ouvre cette année à Mende en Lozère avec le bagad de Lann-Bihoué, l'ambassadeur de la musique bretonne, et honore le pianiste turc Fazil Say.

Pour le premier concert à Montpellier (10 juillet), les organisateurs ont souhaité accueillir Fazil Say, un musicien habitué de Montpellier, qui a été condamné en Turquie en avril 2013 à 10 mois de prison avec sursis pour des propos anti-islam. Il viendra interpréter Mozart, Chopin, Janácek ainsi qu'une oeuvre personnelle sur les émeutes à Istanbul.

Le plus important festival classique de France propose 195 manifestations, dont 174 gratuites, pour beaucoup retransmises en direct sur France Musique. "Ce festival, on l'aime parce qu'on y entend ce qu'on n'entend pas ailleurs, parce qu'on y est sûr d'y découvrir des talents, des partitions, des lieux, des moments inouïs. Il est ouvert à toutes les musiques, le classique, le jazz, l'électro...",
souligne Jean-Pierre Rousseau, directeur de la musique de Radio France, qui a succédé en juillet à Jean-Pierre Le Pavec à la tête de festival.

Quelques paris audacieux au programme comme ce concert, le 11 juillet, intitulé "Cinq alpinistes et une journée pour un Everest pianistique" ou encore cinq pianistes exceptionnels, de générations et nationalités différentes: le Suisse Cédric Pescia, l'Argentin Nelson Goerner, la Lituanienne Müza Rubackyté, le Russe Andrei Korobeinikov et Dominique Merlet qui se succèderont sur scène avec des oeuvres de Jean-Sébastien Bach, Dmitri Chostakovitch, Frédéric Chopin, Claude Debussy et Paul Hindemith.

Shirley et Dino revisitent Don Quichotte 

La journée du 12 juillet sera dédiée aux 30 ans du festival avec "30 concerts (+5)", à Perpignan, Montpellier, Saint-Jean-de-Védas (Hérault), Castelnaudary (Aude), Alès et Aigues-Mortes (Gard), Saint-Enimie et la Malène (Lozère). La journée "Love story" coïncidera avec la fête nationale, le 14 juillet: de "Rêve d'amour N.3" de Franz List avec Louis Schwizgebel au piano et le quatuor Voce dans l'après-midi aux soeurs Katia et Marielle Labèque (pianos) le soir. A leur programme: "Ma mère L'Oye" (Ravel), "Star Cross'd Lovers" (David Chalmin) et "West side Story" (Leonard Bernstein).

L'Orchestre national de France, dirigé par Alexandre Vedernikov, avec Boris Berezovsky au piano, proposera une création, un concerto pour piano et orchestre de René Koering, le premier patron de ce festival (jusqu'en 2012). Mais le festival qui attend quelque 100.000 spectateurs pour un budget de 3,93 millions d'euros, a plutôt pour ambition cette année de faire "ré-entendre des oeuvres qui le méritent alors qu'elles ont été un peu oubliées", a indiqué M. Rousseau. "La Jacquerie", opéra oublié de Lalo et achevé par Arthur Coquard (24 juillet) ainsi que deux opéras-comiques, Fantasio d'Offenbach (18 juillet) et Don Quichotte chez la Duchesse, de Joseph Bodin de Boismortier (15 et 16 juillet) sont au programme. Ce Don Quichotte, monté à Versailles et joué à Metz, est revisité par Corinne et Gilles Benizio, autrement dit par les humoristes Shirley et Dino, et leur complice, le chef et acteur Hervé Niquet. Les trois avaient fait un triomphe à Montpellier avec "La belle Hélène" en janvier 2012.

L'Orchestre philharmonique et les choeurs de Radio France, le Sinfonia Varsovia et pour la première fois, l'Orchestre national de Bordeaux Aquitaine, seront aussi présents, et en clôture, l'Orchestre de Montpellier Languedoc-Roussillon avec la 9e symphonie de Beethoven ("Ode à la joie").