• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Les intermittents du spectacle mobilisés à Montpellier avant les premiers festivals

Montpellier - conférence de presse à l'Agora - 30 mai 2016. / © F3 LR C.Alazet
Montpellier - conférence de presse à l'Agora - 30 mai 2016. / © F3 LR C.Alazet

A quelques jours de l'ouverture des premiers festivals et au moment où l'UNEDIC doit valider l'accord signé entre syndicats et employeurs du spectacle, les intermittents maintiennent la pression. Une journée d'action avait lieu ce lundi à l'Agora à Montpellier, baptisée, "culture debout" !

Par Fabrice Dubault


La question qui se pose à la veille du lancement de la saison des festivals, et notamment du Printemps des Comédiens à Montpellier, qui doit avoir lieu du 3 juin au 10 juillet, c'est : y aura-t-il des grèves ou pas cette année ?

On se souvient de juin 2014, où le mouvement de grève était parti de Montpellier pour toucher quasiment l'ensemble des festivals de France, avec des annulations en cascade.

Montpellier : les intermittents du spectacle mobilisés avant le lancement des festivals
A quelques jours de l'ouverture des premiers festivals et au moment où l'UNEDIC doit valider l'accord signé entre syndicats et employeurs du spectacle, les intermittents maintiennent la pression. Une journée d'action avait lieu ce lundi à l'Agora à Montpellier, baptisée, "culture debout" ! - F3 LR - Reportage F3 LR : C.Alazet et J.P.Faure

La signature des négociations et de la convention entre syndicats et employeurs par l'UNEDIC

C'est ce lundi, que débute à Paris, la signature des conventions UNEDIC. Parmi les discussions, l'accord des intermittents du spectacle. Il a été négocié et signé entre les parties mais il doit désormais être validé et intégrer aux accords généraux de l'UNEDIC.

D'où cette journée de vigilance organisée ce lundi à Montpellier par les organisations syndicales du spectacle et les responsables des festivals de Montpellier et de la Région.
Une action, "culture debout", pour faire pression sur les négociateurs à Paris et surtout pour être prêt à se mobiliser au cas où il n'y aurait pas de signature sur les annexes 8 et 10. En clair, faire grève.

La coordination des intermittents du spectacle a reçu le soutien des directeurs de salles de spectacle vivant et des responsables des festivals. Une trentaine d'entre eux, notamment de Montpellier et de Nîmes, a signé la lettre de soutien.

A lire aussi

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus