• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Manque de moyens à l'université : la fillière sportive dans la rue à Montpellier

Manifestation des Staps place de la Comédie à Montpellier / © France 3 LR
Manifestation des Staps place de la Comédie à Montpellier / © France 3 LR

Les étudiants de la filière sportive manifestaient un peu partout en France pour dénoncer le manque de moyens dédiés à la formation Sciences et techniques des activités physiques et sportives (staps). Reportage à Montpellier.

Par L.C. et AFP

Plusieurs organisations étudiantes appellaient à une journée de mobilisation mercredi, en particulier dans la filière sportive, pour demander plus de moyens, alors que les budgets dans le supérieur ne sont pas encore connus.
La Fage, deuxième organisation étudiante, a appelé les étudiants en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (Staps) à dénoncer le "manque de ressources financières et humaines", quelques jours après la rentrée universitaire.
C'est le cas à Montpellier où la filière staps est fréquentée par 1 800 étudiants. Une centaine d'étudiants manifestaient cet après-midi.  
Manifestation des staps à Montpellier
reportager L. Beaumel/ B. Pansiot-Villon

Alors que cette filière est de plus en plus prisée par les étudiants, certaines universités procèdent à des "tirages au sort" pour sélectionner les candidats.

"C'est bien beau d'organiser des évènements sportifs majeurs comme l'Euro de foot l'an prochain, alors qu'aucun effort n'est fait pour la formation dans le sport", a déploré auprès de l'AFP le président de l'association des étudiants en Staps, Laurent Beauvais.
Selon lui, "on n'arrive pas à accueillir les étudiants, faute de places en amphi et faute de professeurs suffisants".

Par rapport à la rentrée 2014, les universités accueillent cette année 65.000 étudiants en plus, ce qui équivaudrait "à créer trois nouvelles universités", avait expliqué le secrétaire d'Etat chargé du Supérieur, Thierry Mandon, la semaine dernière.

Un défi pour ces établissements du supérieur, qui ne connaîtront qu'à la fin du mois les dotations qui leur seront allouées.
Les étudiants demandent "un réinvestissement financier majeur dans l'enseignement supérieur", a précisé la Fage, condition sine qua non selon l'organisation pour atteindre l'objectif fixé par le président de la République d'amener "60% d'une classe d'âge dans l'enseignement supérieur".


Le 16 octobre, une journée de mobilisation nationale est annoncée par plusieurs syndicats du supérieur (Sgen-CFDT, SNPTES et Sup'Recherche Unsa) et la Fage.

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus