Cet article date de plus de 5 ans

Mineur battu à mort à Montpellier : l'avocate d'un accusé parle d'expédition punitive

3 semaines après la mort de Sofiane, un mineur battu à mort et jeté d'une voiture dans une rue de Montpellier, l'enquête progresse et l'on comprend mieux ce déchaînement de violence. L'avocate de l'un des meurtriers présumés, écroués depuis quelques jours, s'exprime.
Maître Chantal Corbier, avocate - 20 avril 2016.
Maître Chantal Corbier, avocate - 20 avril 2016. © F3 LR

Le 30 mars dernier, le corps de Sofiane, un garçon de 17 ans, est abandonné près de la clinique Clémenville, dans la cité Astruc à Montpellier. Le cadavre est jeté d'une voiture en marche avec un de ses amis qui lui a survécu.
Depuis, l'enquête n'a pas traîné. 5 hommes ont été placés en garde à vue au SRPJ de Montpellier puis déférés en détention provisoire et l'on commence à comprendre le déroulement des faits.

Il y a eu un vol d'argent dans une maison et à la suite de ce vol, le propriétaire a recherché les voleurs. Il s'en est suivi une séquestration et des violences à coups de batte de baseball" explique Chantal Corbier, l'avocate d'un des 5 accusés.


Pour retrouver les 15.000 euros "envolés", les accusés ont fait subir aux victimes un véritable calvaire, d'abord dans un parking souterrain de Montpellier, puis sur un terrain vague et enfin toute la nuit dans une maison à Capestang, à l'ouest de Béziers. Un règlement de compte dont la drogue serait l'origine du contentieux.

Pour cette avocate qui défend un des suspects, cette affaire ressemble à une expédition punitive qui a dérapé, à un genre de rite qui voit les plus jeunes montrer aux anciens, jusqu'où ils peuvent aller dans l'horreur.
A noter enfin que tous les participants à ce meurtre sont déjà connus pour des faits de violences et/ou de trafic de stupéfiants.

durée de la vidéo: 01 min 14
Montpellier : une avocate témoigne dans l'affaire du mineur battu à mort le 30 mars ©F3 LR

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers drogue sécurité société criminalité violence police enquêtes justice