• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Squat à Montpellier : les occupants de Luttopia sous la menace d'une expulsion

Les squatteurs de Luttopia tentent de s'organiser pour ne pas se retrouver à la rue - mai 2015 / © France 3 LR
Les squatteurs de Luttopia tentent de s'organiser pour ne pas se retrouver à la rue - mai 2015 / © France 3 LR

Le département de l'Hérault envisage de récupérer le bâtiment (d'anciens locaux de la DDASS) dans lequel se sont réfugiés plus de soixante personnes. C'est le dernier volet de notre feuilleton consacré au squat Luttopia à Montpellier.

Par Zakaria Soullami


Les anciens locaux de la DDASS où ils vivent depuis Janvier 2015 étaient inoccupés depuis 7 ans. Ces bâtiments désaffectés abritent plus de 60 personnes pour qui le squat est une alternative à la rue.

Les occupants de Luttopia ont une règle d'or : ils ne ciblent pas les propriétés de particuliers, ils visent exclusivement des bâtiments publics vides depuis des années

Ces hommes et ces femmes souvent très jeunes vivent en autogestion et de manière très organisée. Ils ont créé leur propre coordination baptisée Utopia et ont établi une charte: pas de chien dans le bâtiment, pas de débordement, une assemblée générale tous les mercredi...
Ils ont aussi choisi de se syndiquer pour défendre leurs droits. Ils ont ainsi créé dans l'Hérault le syndicat des travailleurs précaires et privés d'emploi 34, une branche de la CGT.

Mais aujourd'hui leur expulsion est programmée, le département veut récupérer les locaux pour en faire des logements sociaux.
Eux, demandent le soutien des pouvoir publics pour s'organiser légalement en attendant de rebondir.

Voici le dernier volet de la série de reportages signée Caroline Agullo, Franck Detranchant, Guy Spica, Alexandre Grellier, Sylvie Bonnet



Les occupants de Luttopia sous la menace d'une expulsion
C. Agullo, S. Bonnet, F. Detranchant, Guy Spica, Laurence Chraïbi

Initialement prévue début juin, leur expulsion est finalement reportée à la fin de l'été.

Yann , Hélène,  Raphael, Ghiles, Maxime et les autres hébergés de Luttopia réclament aujourd'hui un hébergement légal, la mise à disposition de locaux pour éviter de se retrouver à la rue. 

Une adresse est disponible pour joindre les squatteurs de Luttopia : Luttopia@riseup.net

A lire aussi

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus