Cet article date de plus de 7 ans

Vaste opération de perquisitions et contrôles de police à Montpellier

Près de 200 policiers sont mobilisés pour une opération à Montpellier depuis le milieu d'après-midi. Ils perquisitionnent sur commission rogatoire d'un juge d'instruction dans les quartiers de Figuerolles et Plan cabanes. Des contrôles d'identité sont également menés.
Montpellier - opération de police dans les quartiers de Figuerolles et du Plan Cabanes - 20 février 2014.
Montpellier - opération de police dans les quartiers de Figuerolles et du Plan Cabanes - 20 février 2014. © F3 LR N.Chatail

Les forces de police et les enquêteurs judiciaires agissent dans le cadre d'une enquête ordinaire de sécurité et de maintien de l'ordre, comme il en est réalisée une dizaine chaque année dans l'Hérault.

13 personnes ont été interpellées entre 17h et 19h30.

Cette opération vise des auteurs de vols en bande organisée. Des perquisitions pour recels d'objets volés, détention d'armes, cessions et ventes, sûreté anti-terroriste et probablement blanchiment d'argent sont menées.
La police procède aussi à des contrôles d'identité et de travail illégal ou dissimulé.

Le procureur de la République et le directeur de la sécurité publique de l'Hérault étaient sur place.

durée de la vidéo: 01 min 27
Montpellier : vaste opération de police en centre ville

Dès 18h, jeudi, les policiers se sont déployés dans les quartiers de Gambetta, Figuerolles et autre Plan Cabanes, dans le centre de Montpellier. 180 fonctionnaires, au total, pour une opération imposante présentée comme ordinaire par le directeur de la police et le procureur de la république présents sur le terrain.

Le bilan de ces déploiements d'envergure est généralement maigre au regard des effectifs engagés.
L'opération ne déroge pas à ce constat : quelques ports d'armes blanches illégaux, un peu de résine de cannabis, des infractions aux règles d'hygiène, sur la vingtaine de commerces contrôlés, 7 travailleurs étrangers en situation irrégulière ont été traités.

Sur les 13 personnes interpellées et conduites à l'hôtel de police, une seule est encore retenue ce vendredi midi. Mais la justice et la police aiment à rappeler qu'il n'y a pas de zone de non droit et que les contrôles peuvent être déclenchés à tout moment et en tout lieu.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers sécurité police