Vendanges : vers une baisse de la récolte en Languedoc-Roussillon après les gels du printemps

Pont-Saint-Esprit. (Gard) - le gel a brûlé les vignes du Gard rhodanien - mai 2017. / © F3 LR
Pont-Saint-Esprit. (Gard) - le gel a brûlé les vignes du Gard rhodanien - mai 2017. / © F3 LR

Selon le ministère de l'Agriculture, les vendanges devraient être lourdement pénalisées cette année par les gels du printemps et les volumes de vin attendus pourraient être "historiquement bas". En Languedoc-Roussillon, la récolte devrait baisser de 6%, beaucoup moins que sur le plan national.

Par Z.S. avec S.B. et AFP

Après les gels du printemps, les vendanges devraient être lourdement pénalisées et les volumes de vin attendus pourraient être "historiquement bas", selon le ministère de l'Agriculture.

La récolte en baisse de 17% sur le plan national


"À 37,6 millions d'hectolitres, la récolte 2017 devrait être inférieure de 17% à celle de 2016 et de 16% à la moyenne des cinq dernières années", indique Agreste, le bureau des statistiques du ministère au sujet des vendanges sur le plan national.

1er Comité franco-espagnol du secteur viti-vinicole au ministère de l'Agriculture à Paris

En baisse de 6% en Languedoc-Roussillon


Le Languedoc-Roussillon devrait (beaucoup) mieux s'en sortir que la plupart des autres régions de France (Bordelais, mais aussi Charentes, Alsace et Jura...) même si la récolte de cette année devrait quand même être inférieure d'environ 6% à celle de 2016. Le Gard, l'Hérault, les Pyrénées-Orientales et l'Aude ont été touchés les gels du printemps.


Les gelées "noires", en plein printemps, ont des effets dévastateurs. / © France 3 Occitanie
Les gelées "noires", en plein printemps, ont des effets dévastateurs. / © France 3 Occitanie

Le Languedoc aussi touché par la grêle


Cette récolte serait alors "historiquement basse et inférieure à celle de 1991, concernée elle aussi par un gel sévère", souligne Agreste. Tous les bassins viticoles ont été touchés par un gel sévère au printemps. Des pertes dues à la grêle sont aussi à prévoir en Bourgogne-Beaujolais, Sud-Ouest, Languedoc et Sud-Est.

Le pourtour méditerranéen affecté par la "coulure" 


Et les vignobles du pourtour méditerranéen sont affectés par un autre phénomène, également lié à un aléa météo, la "coulure", c'est-à-dire la chute des fleurs ou des jeunes baies, due en général à un incident au moment de la floraison et de la fécondation. Ce phénomène touche particulièrement les cépages grenache de la vallée du Rhône.

Des vignes totalement grillées, comme brûlées après les gelées dans l'Hérault. Image d'illustration. / © MAXPPP
Des vignes totalement grillées, comme brûlées après les gelées dans l'Hérault. Image d'illustration. / © MAXPPP

"Août fait le raisin, septembre fait le vin"


Pour tenter de dédramatiser, le sommelier Philippe Faure-Brac, qui a remporté le concours de meilleur sommelier du monde en 1992, a rappelé à l'AFP ce dicton de vigneron : "Août fait le raisin, septembre fait le vin." "Il est encore trop tôt pour tirer une conclusion sur la qualité du vin de cette année qui dépendra du climat jusqu'aux vendanges, et des conditions de récolte. Pour l'instant, les conditions climatiques ne sont pas mauvaises du tout, mais sur la quantité, ce sera économiquement très tendu, c'est sûr", a-t-il dit à l'AFP.

Le gel a frappé les vignobles alors les bourgeons commençaient à sortir. / © MaxPPP
Le gel a frappé les vignobles alors les bourgeons commençaient à sortir. / © MaxPPP


Plusieurs vignobles ont des "réserves"


L'année 1991 fut un "mauvais cru", non seulement en raison du gel, mais aussi de "conditions de récoltes pas terribles", a-t-il rappelé. Principal espoir de rééquilibrage, les systèmes de "réserves" pratiqués par certains vignobles (comme en Languedoc-Roussillon), où une partie du vin est gardée d'une année sur l'autre sans être commercialisée, comme assurance. La baisse de la récolte est donc vue comme une opportunité de ne pas faire gonfler les stocks. Mais les viticulteurs craignent tout de même la perte de parts de marché au profit de vins chiliens ou australiens.

illustration / © F3
illustration / © F3

1er Comité franco-espagnol du secteur viti-vinicole


Ce mardi à 10h30, les producteurs de la région, des producteurs espagnols, ainsi que le ministre français de l'Agriculture, Stéphane Travert, et la ministre espagnole de l’Agriculture, de la Pêche, de l’Alimentation et de l’Environnement, Isabel Garcia Tjerina, se réunissent pour l'installation du "1er Comité mixte franco-espagnol du secteur viti-vinicole". Les producteurs déplorent notamment que les prix soient systématiquement tirés vers le bas.

Deux ministres en visite dans la région


A la suite de cette réunion parisienne, le Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, seront en visite pendant 2 jours en Languedoc-Roussillon. Selon plusieurs sources, ils seront d'abord à Langogne, en Lozère dès jeudi. Selon les mêmes sources, ils seront à la cave coopérative de Cournonsec, dans l'Hérault, le lendemain pour évoquer les problèmes rencontrés par les viticulteurs.

A lire aussi

Sur le même sujet

Six semaines sans chauffage ni eau chaude pour les locataires d'un immeuble HLM de Decazeville

Près de chez vous

Les + Lus