4 questions à Kito de Pavant au départ de la Transat Jacques Vabre

Pour ses 30 ans, la Transat Jacques Vabre établit un record : 200 marins prendront le départ de l'unique course transatlantique en double, direction la Martinique. Le skipper Héraultais Kito de Pavant est le marin ayant participé au plus grand nombre d'éditions.

Cette année,le skipper Kito de Pavant participe à la Transat Jacques Vabre sur un bateau de catégorie Class 40 nommé Movember. Lors de cette course en mer, il sera en duo avec le navigateur Bertrand Guillonneau pour prendre le départ de la 16 ème édition de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre.

  • Avec cette douzième participation, vous détenez le record du nombre de participations à la transat Jacques Vabre. Depuis 2001 vous n'en avez manqué aucune, pourquoi une telle fidélité ? 

"D'abord je pense que c'est ma qualité d'être fidèle parce que j'aime bien le large, cette transat et le Havre. La Jacques Vabre ça a toujours été une belle course pour moi, il y a deux éditions où j'ai dû abandonner mais trois où j'étais sur le podium.

C'est plein de beaux souvenirs avec des relations très fortes, et beaucoup d'affectifs avec tous ces personnages hauts en couleurs puisqu'on est en duo alors peut-être que je suis sociable finalement !

La Martinique c'est ma première transat, à l'époque on naviguait au sextant. Aujourd'hui on a plein de boutons, d'électronique et de technologies formidables pour se positionner mais à l'époque il fallait se servir des étoiles du soleil et de la Lune pour se diriger."

  • Le départ est prévu ce dimanche, quelles sont les conditions ? Comment est-ce que vous vous y préparez ?

"Au Havre on part avec les premiers frimas de l'hiver puis on va retrouver assez rapidement les douceurs des Alizés et la chaleur des Antilles, c'est un parcours très intéressant.

On était très inquiets en début de semaine parce que les conditions paraissaient assez monstrueuses, ça s'est un peu amélioré mais ça va être très rugueux. On a une grosse dépression qui arrive mercredi ou jeudi avec des conditions très fortes, on annonce jusqu'à 14 mètres de creux au large de la Bretagne donc il va falloir aller vite et se dégager assez rapidement du Golfe de Gascogne pour retrouver des conditions un peu maniables."

Sur X, le skipper explique "en raison de la violence de la dépression, les Class 40 partiront demain à 13h41 pour une première étape vers Lorient".

  • La victoire, vous en rêvez ?

"On en rêve toujours mais là ça va être compliqué je pense. Il y a un tel niveau en Class 40. Il y a 45 bateaux, de très jolis bateaux avec justement des petits jeunes qui sont là pour montrer qu'ils ont beaucoup de talent... et ils en ont !"

  • Ce dimanche vous vous apprêtez à prendre le large mais vendredi vous avez quand même un gros projet sur le feu. Un projet où vous avez la casquette d'organisateur, racontez-nous, pourquoi cette course ?

"Oui, on s'est mis en tête de créer quelque chose, ça nous faisait rêver d'avoir une transat en Méditerranée, parce qu'on a un formidable terrain de jeu.

Participer à des courses au large telles que la Jacques Vabre, eh bien ça crée en nous une frustration de ne pas avoir le même type de course chez nous en Méditerranée. Mais ce n'est pas une fatalité, on essaie d'y remédier.

Alors avec Christophe Carniel, on a lancé officiellement la première édition de MED MAX au départ de Port Camargue à destination du Maroc, une course qui partira en septembre 2024."

Un lancement que Kito de Pavant a tenu à officialiser aussi sur les réseaux sociaux, pour "une épreuve indéite reliant les 3 continents qui bordent la Méditerranée".

En attendant, Kito de Pavant a une transat à courir, direction la Martinique !

Écrit avec France 3 Rouen.

L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité