Affaire Laporte-Altrad : "une décision insatisfaisante" pour l'avocat de Mohed Altrad

Le président du club de rugby de Montpellier, Mohed Altrad vient d'être condamné à 18 mois de prison avec sursis et 50 000 euros d'amende pour avoir noué "un pacte de corruption" avec le président de la Fédération française de rugby (FFR), Bernard Laporte. Le président du groupe Altrad ne sait pas encore s'il fait appel de cette décision.

"On ne trouve pas cette décision satisfaisante", explique l'avocat de Mohed Altrad, Me Antoine Vey suite au procès qui vient de se terminer au tribunal correctionnel de Paris.

"Mon client a toujours dit qu'il n'avait jamais eu l'intention d'obtenir une quelconque faveur. La peine prononcée est a des années lumières que ce qui avait été initialement requis. Nous allons réfléchir si nous allons faire appel de cette décision" a t-il précisé à France 3 Occitanie. 

L'homme d'affaire Mohed Altrad vient d'être condamné à 18 mois de prison avec sursis et 50 000 euros d'amende. Lors des réquisitions, il risquait pourtant jusqu'à trois ans de prison, dont un ferme. 

Aucune répercussion pour le MHR

Lors du délibéré, Mohed Altrad n'a écopé d'aucune peine concernant ses fonctions dans le monde ovalistique. Il continuera donc "d'investir son temps et son énergie dans ses missions de direction pour son club, ses salariés et ses partenaires" vient de communiquer le club du Montpellier Hérault Rugby (MHR). Mohed Altrad avait repris le club héraultais en 2011, alors au bord de la faillite. 

Quant à Bernard Laporte, il  a déjà fait savoir, par son avocat, qu'il allait faire appel. "Les infractions de corruption et de trafic d'influence n'existent ni en droit, ni en fait", a déclaré à l'AFP Me Jean-Pierre Versini-Campinchi.